Un député propose de loger les parlementaires dans des Airbnb, les hôteliers « stupéfaits »

Thierry Solère, député Les Constructifs, a proposé mardi matin de loger les nouveaux élus des régions à l’Assemblée nationale, en colocation ou dans des appartements Airbnb, ce qui permettrait une économie de dix millions d’euros.

 

Il n’en fallait pas plus pour que Roland Héguy (Umih) et Jacques Barre (GNC) signent un courrier commun qu’ils ont adressé au député des Hauts-de-Seine dans lequel il souligne « attendre d’un membre de la représentation nationale qu’il assure notamment la promotion des acteurs de l’économie réelle, c’est-à-dire 17 000 hôtels … qui s’acquittent pleinement de leurs devoirs fiscaux ».

 

Ils estiment que Thierry Solère « légitime une activité opaque alors que 85% des loueurs ne sont pas déclarés ».

 

Les auteurs ajoutent que « les 1647 établissements, de 1 à 5 étoiles selon les budgets, demeurent à la disposition de l’Assemblée nationale pour accueillir les parlementaires dans les meilleures conditions d’hébergement et de services ».

 

Et ils saisissent l’occasion pour rappeler « attendre toujours du gouvernement la publication d’un décret permettant la transmission automatique des revenus des utilisateurs à l’administration fiscale à compter du 1er janvier 2019″.

Vos réactions (5)

  1. Bien vu l appui aux entreprises qui payent leurs charges et subissent les normes de toutes sortes… Certains constructifs feraient mieux de se taire au lieu de détruire l emploi pour se faire remarquer….. Ou quand la com à Bobos pousse à la démagogie la plus totale…..

  2. Et pourquoi pas le déplacement en bla-bla car
    Un convoi d’officiel Avec un autocollant bla-bla car ferait faire des millions d’économies

  3. Et pourquoi pas inscrire sur AirBnB les logements vacants des domaines tant qu’on y est !
    Les (dé)constructifs et les autres politiques devraient calmer leur imagination… La démagogie à toujours fonctionné en politique… Pas besoin d’en faire autant…
    Il y a des économies bien moins tapageuses et plus faciles à réaliser. Faites les et arrêtez de communiquer à tous va ! On va devenir sourd !

  4. Voilà la preuve qui montre combien un politique professionnel passe très vite, très jeune de l’autre côté de la réalité.
    ancien collaborateur d’Yves Marchand, de Claude Goasguen, Philippe Douste-Blazy et de JP Raffarin, il se fait embaucher par des entreprises complaisantes sur le rendement réel du travail et compte sur ses relations,
    2001 Élu conseiller municipal de Boulogne Billancourt.
    2004, conseiller général,
    2012 député
    2015, conseiller régional
    2017 à nouveau député.
    En conservant naturellement son poste de conseiller régional plus un salaire dans une entreprise CHIMIREC en charge de la stratégie des relations internationales, pour profiter de ses différentes participations aux commissions de la Chambre des députés et du Conseil Régional. ou comment se faire payer pour ce que vous faites payer aux contribuables.
    un artiste de la défausse, Soutien de l’un puis porte parole de l’autre Franc Maçon pour se lancer puis démissionnaire lorsque cela le dessert, conseiller municipal puis démissionnaire… 
    Virtuose de la substitution avec l’étrange société de conseil de son épouse…
    Comment fait-il pour travailler sérieusement sur trois postes ?
    Les élus sont passés maître en ce domaine, ils embauche des spécialistes et cela explique les démentiels coûts cachés des élus qui osent après déclarer que leur indemnités sont trop faibles. Dray nous expliquant que 20.000€ par mois, c’est juste assez.
    Chauffeurs pour se déplacer. Assistants, secrétaires, experts, cabinet etc. voilà un homme qui n’a jamais écouté les professionnels du terrain alors il ne se rend même pas compte que son idée d’AirBnB est une bêtise professionnelle sans nom.
    Un employé qui vante votre concurrent à vos clients vous le gardez ?

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *