Un peu moins de clients dans les hôtels en mai

Hébergement

Après une belle poussée pendant le mois d’avril, la croissance de l’activité hôtelière s’est atténuée au mois de mai.

Selon le baromètre mensuel de l’Umih, les hôteliers français ont perdu un peu de clientèle par rapport à l’an dernier, avec un taux d’occupation (TO) en recul de 1,2 point par rapport à mai 2018, et de 0,1 point depuis le début 2019. Le prix moyen (PM) a légèrement progressé de son côté (+1,6%) pour atteindre 98,40€ HT sur toute la France, mais cela n’a pas réussi à rehausser le RevPAR qui est de 67,30€ HT, en baisse de -0,1%.

 

Premièrement, l’hôtellerie d’entrée de gamme a largement tiré vers le bas la fréquentation moyenne de l’ensemble. En effet, le super-éco a perdu 2,3 points ce mois-ci, avec un taux d’occupation qui passe de 67,4% en mai 2018 à 65,2% en mai 2019. Le segment éco a enregistré des résultats mensuels à peine moins gris : -1,3% de TO. Dans les deux cas les prix compensent ces pertes (+2,5% pour le super-éco, +1,2% pour l’éco), conduisant à un revenu par chambre en baisse respectivement de -1,0% et -0,7%.

 

Le moyen et le haut de gamme n’atténuent que faiblement les performances de l’entrée de gamme. Tout d’abord leurs parcs reculent de 0,4 point pour tous les deux. Ensuite les chambres du moyen de gamme se vendent plus cher (PM +1,8%) pour 106,40€ HT en moyenne, menant au seul RevPAR positif de l’ensemble, en progression de +1,2% pour atteindre 73,20€ HT. Le prix moyen de l’hôtellerie haut de gamme est le seul à être en baisse, en recul de -0,2%, tombant à 226,50€ HT. De fait son RevPAR est aussi en baisse, à hauteur de -0,7%.

 

Sous un angle plus régional, seule Paris intramuros et quelques villes en région enregistrent une progression. La capitale a gagné 0,8 point de TO et +1,7% de PM, pour aboutir à un RevPAR positif (+2,7%). Les autres régions de France ont au contraire assez reculé en mai. Le TO retombe à 64,7% (-1,1 point), le RevPAR à 55,80€ HT (-0,9%), et le PM stagne à 86,20€ HT (+0,8%). A une l’échelle de temps plus long (YTD), les performances sont moins grisâtres, puisque le TO ne diminue que faiblement sur la France entière (-0,1%) et est même en progression en province (+0,3%) alors que de son côté Paris est en recul (-0,2%).

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *