Contrôleur zélé

Humeur

C’est une mésaventure qui est arrivée le mois dernier dans un train à un étudiant de la Meuse. Bien qu’ayant son billet et sa carte de réduction parfaitement en règle, il s’est vu infligé une amende de 111 euros au seul motif qu’il avait pas sa carte d’identité sur lui.

 

À lire aussi
Un hôtel Nutella
18 novembre 2019
A contre-sens
17 octobre 2019

C’est le journal l’Est Républicain qui nous relate cette anecdote. Comme tous les vendredi soir, Eliot, étudiant en mathématiques, quitte Nancy pour rentrer chez ses parents non loin de Verdun. Détenteur de son billet de train (9,10 euros) et muni de sa carte de réduction Avantage Jeune (49 euros par an), le jeune homme est contrôlé peu avant sa descente du TGV. L’agent SNCF lui demande aussi de présenter sa carte d’identité. Problème, Eliot a perdu la veille son portefeuille. Il présente alors le scan de sa pièce d’identité sur son smartphone. Le contrôleur n’en a que faire et lui inflige une amende de 111 euros à payer sur le champ. L’étudiant n’en croit pas ses yeux. Difficile à admettre quand on sait certains de ses potes n’ont que 250 euros pour vivre chaque mois. Malgré les réclamations de la famille d’Eliot, la SNCF campe sur ses positions et précise que « Les voyageurs doivent pouvoir justifier leur identité via un document d’identité officiel. Les photocopies et les pièces numérisées ne sont pas acceptées pour des raisons évidentes de fraude documentaire. La fraude coûte chaque année 300 millions d’euros à SNCF Mobilités ». Bon d’accord, mais espérons que tous les gentils Eliot de France ne servent pas à alimenter la cagnotte des grévistes de ce jeudi 5 décembre.

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. Contrôleur zélé mais surtout lâche: c’est tellement plus facile de verbaliser un petit étudiant qui a acheté son billet plutôt que de poursuivre la racaille de banlieue qui bien souvent monte en toute impunité dans les trains sans titre de transport, les contrôleurs feignant bien souvent de ne pas les avoir vu faire.
    Bravo la SNCF pour cette leçon de courage et tous ces bons moments que vous nes faites partager en temps de grève.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *