De New York à Pont de Buy, la saga Salaün

Humeur
Michel Salaün, le grand-père de Michel Salaün, devant son Mathis U2 de 17 places.

Michel Salaün, le grand-père de l’actuel PDG du groupe Salaün, Michel Salaün, était ouvrier agricole dans une ferme plantée au beau milieu de la Bretagne…

Au lieu d’une ferme, Michel Salaün rachète un autocar

En 1927, il décide de quitter son pays pour chercher fortune et gloire outre-Atlantique, à New York, avec l’idée d’acheter une ferme à son retour. Il a 28 ans quand il débarque à Elis Island. Il décroche ensuite un job dans une briqueterie du New Jersey. Puis, au bout de 5 ans de travail acharné, il rentre en Bretagne pour monter son affaire. Mais au lieu d’une ferme, Michel Salaün rachète un autocar. L’entreprise Salaün est ainsi créée en 1932 à Pont de Buy dans le Finistère. Outre le transport, l’entreprise fait également dans la graineterie et l’épicerie.

Michel Salaün décède en 1964 et c’est Yves Salaün, son fils, qui devient directeur de l’entreprise familiale. La société se développe et, en 1982, elle compte déjà 20 salariés, 14 autocars et 5 camions. A cette date, Yves Salaün fait entrer dans la compagnie son fils Michel, en tant que chauffeur et accompagnateur. Raymonde Salaün, la maman du futur PDG dit : « Tout petit, Michel adorait les cars. Il voulait être chauffeur. Mais son père lui a dit : si tu n’as pas d’autres ambitions, tu n’as qu’aller chez Doux ! »

Il ne va pas chez Doux, mais a d’autres ambitions…

En 1992, Michel Salaün embauche Stéphane Le Pennec, aujourd’hui directeur général. S’en suit un développement fulgurant, rythmé par des acquisitions multiples d’entreprises d’autocars, d’agences de voyages et de voyagistes.

La suite, on la connait. Salaün est aujourd’hui l’un des premiers groupes touristiques français. Il pèse annuellement 218 millions d’euros de chiffre d’affaires et fait voyager 215 000 clients.

Quel chemin parcouru depuis le projet de ferme en Bretagne ! C’est drôle le hasard de la vie tout de même. Cela dit, j’aurais bien vu Stéphane Le Pennec en garçon fermier…

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *