Des moutons d’Ouessant sur le périphérique parisien

La mairie de Paris a confié la tonte de quatre parcelles de gazon situées en bordure du périphérique à des moutons. Télérama nous informe que trois broutent ainsi Porte Dauphine, deux Porte de la Muette, quatre Porte Dorée et trois autres Porte de Vincennes.

Ils broutent 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Un abri et une auge ont été installés sur chaque parcelle protégée par une clôture. Quant aux moutons qui pourraient être stressés par le trafic incessant du périphérique, le responsable du projet se veut rassurant : « nous avons choisi des bêtes qui avaient déjà pâturé dans des conditions urbaines proches et puis les moutons d’Ouessant sont résistants, c’est une race rustique ». C’est vrai que par rapport au boucan des tempêtes d’Ouessant, la rumeur du périphérique fait figure de comptine pour enfants.

Bref, l’idée est formidable. Sur un plan écologique puisque les moutons ne polluent pas. Sur un plan social, puisque les agents de la mairie de Paris peuvent davantage se reposer. Sur un plan économique, puisqu’après une belle carrière de tondeuse les moutons finiront en méchoui. Sur un plan de l’équité puisque, pour une fois, les moutons tondent et ne sont pas tondus.

Enfin je terminerai sur cette petite blague bien innocente : Deux blondes sont dans un magasin de vêtement. L’une dit : « Tu savais qu’il fallait trois moutons pour faire un pull ? ». L’autre répond : « Non, et je ne savais même pas qu’ils savaient tricoter! »

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *