Eléphant d’Asie et éléphant d’Afrique : quelles différences ?

Humeur

Aujourd’hui, nous allons parler des éléphants. Le sujet est assez lourd. Il est même de taille. On vient d’apprendre par le World animal protection (Wap) que les éléphants exploités en masse par l’industrie du tourisme en Thaïlande et en Inde vivent souvent dans des conditions « inacceptables ».

Les membres de cette ONG ont visité plus de 220 attractions touristiques avec des éléphants durant deux ans. Aujourd’hui, ils viennent de publier un rapport qui montre que les trois quarts des « éléphants à touristes » vivent dans des conditions « mauvaises voire inacceptables ». Surtout en Inde et en Thaïlande.

 

« Quand ils ne sont pas utilisés pour des promenades ou des spectacles, les éléphants sont enchaînés jour et nuit, le plus souvent avec une chaîne de moins de trois mètres de long » souligne le rapport. De plus, « la nourriture qui leur est donnée n’est pas bonne, ils ont des soins vétérinaires limités et sont gardés souvent dans des endroits stressants, avec de la musique forte ou des groupes de touristes, sur un sol en ciment ».

Heureusement pour eux, en Thaïlande, commencent à apparaître des parcs à éléphants alternatifs, ne proposant pas de balades à dos mais seulement de les observer.

 

C’est une bonne idée. Mais si c’est juste pour les observer on peut aussi aller à Thoiry près de Paris. Les initiés m’objecteront qu’à Thoiry les éléphants sont d’Afrique et pas d’Asie*. A quoi je leur répondrai que oui, mais pour voir des animaux lymphatique déambuler avec un appendice nasal ridiculement proéminent, aller à Thoiry plutôt qu’en Thaïlande, c’est plus rapide, c’est moins cher, et ça laisse une empreinte carbone dérisoire ! Et toc.

 

* Pour ceux qui étaient nuls en SVT à l’école, je rappellerai que l’éléphant d’Afrique est plus gros, ses oreilles sont plus grandes, il est moins poilu et son dos est plus rond. Quant à l’éléphant d’Asie, c’est l’inverse.

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *