Grève à la SNCF : le surprenant argument d’un cheminot

Humeur

Mercredi soir, je regardais distraitement le journal du 20h00 de France2 quand un cheminot de la SNCF a expliqué pourquoi il faisait grève… L’un de ses arguments m’a laissé songeur.

Il en a « assez » que l’on dise que c’est un privilégié

Ce conducteur de fret, de TER, de Corail et de TGV est aux 35 heures et gagne environ 3 500 euros nets par mois. Il bénéficie du statut de cheminot avec notamment une retraite anticipée que le gouvernement veut remettre en cause pour les nouvelles recrues. Aujourd’hui, il en a « assez » que l’on dise que c’est un privilégié. Car à ses yeux, les avantages de son statut ne sont que la juste contrepartie de son travail, difficile à cause des week-ends travaillés loin de chez lui et « des horaires décalés » qui ont « des conséquences sur (sa) vie privée ». Pas faux. Mais alors que je m’attendais à ce qu’il évoque sa vie de couple, sa santé ou son sommeil, il dit : « je ne peux pas faire de sports collectifs »…

Il faudrait suggérer à Monsieur Pépy de faire rouler ses trains en boucle et seulement en semaine, de préférence entre 9h00 et 16h00. Comme ça au moins, les conducteurs pourront jouer au foot.

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *