Le train reste en gare, le conducteur se trompe d’heure

Humeur

Dimanche 25 mars, le TER reliant Laon à Amiens doit partir à 18h45. Mais l’heure tourne et le train ne quitte pas le quai…

« Le passage à l’heure d’été a été oublié par le conducteur »

Il finit par démarrer avec 50 minutes de retard au grand dam des passagers. C’est sur Twitter que la SNCF donne une explication : ce retard est dû « à l’absence inopinée d’un agent ». Pourtant il n’y avait pas grève ce jour-là ! Alors quoi ? Tout simplement,  « le passage à l’heure d’été a été oublié par le conducteur » car « l’horloge du local (la salle de repos des cheminots) est restée à l’heure d’hiver ». Sans doute, n’y avait-il personne pour se préoccuper d’un train à quai sans conducteur qui ne démarre pas… Sans doute la conductrice n’avait-elle pas de montre à son poignet ou de téléphone portable donnant l’heure pour connaitre la véritable heure… Il n’empêche ce n’est pas sa faute – la SNCF estimant que ce retard n’est pas imputable à une « responsabilité individuelle » de la conductrice – mais celle de l’employé en charge du réglage des horloges des gares…

Dans ces conditions, il faut prévenir les passagers de Laon dès maintenant : dimanche 28 octobre prochain, au passage à l’heure d’hiver, le train pour Amiens partira avec 50 minutes d’avance.

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *