Les douanes françaises s’inquiètent du nouveau film de Dany Boon

Humeur

L’administration des Douanes est très inquiète du succès annoncé de "Rien à déclarer", la nouvelle comédie de Dany Boon, dont le précédent film, "Bienvenue chez les cht'i", consacré aux facteurs avait enregistré plus de 20 millions d'entrées. Dans ce nouveau film, Dany Boon est un douanier français, et Benoît Poelvoorde, un douanier belge. Ils apprennent le 1er janvier 1993 la disparition de leur poste avec la suppression des frontières en Europe. Si le rire promet d'être au rendez-vous, la direction générale des Douanes s’inquiète d'éventuelles moqueries. Elle s'est fendue d'une note interne de 9 pages à l'attention de tous les douaniers. "La notoriété prévisible de cette comédie" exige de prendre "quelques dispositions pour préserver l’image du service" prévient le document. Si, par exemple, on leur demande : "la douane s’est-elle mise à l’informatique ou en est-elle toujours au papier carbone ?", le fonctionnaire est tenu de répondre, calmement mais fermement : "Cela fait longtemps que le papier carbone n’a plus cours dans les services douaniers". Et toc ! Et si un journaliste retors tente de faire un parallèle entre les douaniers d'aujourd'hui et ceux du film, le fonctionnaire doit répondre avec courtoisie et assurance : "La douane n’a pas disparu bien au contraire. Elle a dû s’adapter à l’époque à des missions nouvelles". Ca aussi c'est envoyé ! Mais le plus sûr, pour éviter toutes ces questions gênantes, c'est encore la discrétion. La note précise en effet que les douaniers peuvent aller voir le film, mais ils "le feront à titre privé et en tenue civile". Ils ne seraient pas un peu paranos ces douaniers ?

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (2)

  1. Au risque d’être sifflé, je me permets de demander quel rapport y a-t-il entre le prochain film de Danny Boon et le voyage (et donc le quotidien de la presse touristique). J’ajoute que si les douanes sont assez bêtes pour se soucier de cela au point de pondre 2 ou 3 mois avant la sortie du film une note interne de neuf pages, alors on est droit de se demander à quoi ils servent !

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *