Pour s’envoyer en l’air, la présidence dépense 176 millions d’euros

Humeur

Aujourd’hui, à titre tout à fait exceptionnel, on ne va pas vous parler de football mais d’un avion que les Bleus auraient sans doute bien aimé affréter pour fuir l’Afrique du Sud.L’édition du dimanche du Parisien nous apprend que le futur avion de la présidence de la République doit faire des vols d’essai cet été. Son client devrait pouvoir en jouir avant la fin de l’année. Il s’agit d’un A330-200, âgé de onze ans, qui a été racheté à Air Caraïbes. Il a évidemment été entièrement réaménagé. A la place des 324 sièges, une soixantaine de fauteuils business, une salle de réunion, une chambre, une douche, un bureau salon et même un centre médical doté d’une mini-salle d’opération. Le ministère de la Défense, propriétaire de l’appareil, va devoir s’acquitter d’une facture de 176 millions d'euros. Les comptes en banque de nos ministères sont bien garnis et c’est plutôt une bonne nouvelle. Alors pourquoi avoir supprimé la traditionnelle garden-party de l’Elysée du 14-Juillet ? Cette décision angoisse toute une filière qui, selon Bernard Lars, responsable de la branche 'traiteur" au Syndicat national des hôteliers, restaurateurs et cafetiers (Synhorcat), craint de perdre des commandes : "Certains politiques auront envie de suivre la tendance". C’est comme ça. Pour l’Etat, il n’y a plus de petites économies. Sauf pour s’envoyer en l’air.

À lire aussi
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *