A Paris, un utilisateur de trottinette électrique meurt après un accident

i-tourisme

Lundi soir, dans le 18ème arrondissement de Paris, un jeune homme de 25 ans est décédé à la suite d’un choc entre sa trottinette électrique et une camionnette à qui il avait refusé la priorité.

 

Plus qu’irriter la plupart des piétons et des automobilistes, les trottinettes électriques les mettent en danger, en témoigne le cas de ce piéton octogénaire décédé des suites d’un choc avec l’une d’entre elles en avril dernier, à Levallois. Ce lundi 10 juin au soir, une deuxième personne a perdu la vie après un choc impliquant l’un de ces engins, selon Europe 1. Il s’agit d’un homme de 25 ans qui a refusé une priorité à droite dans le XVIIIème, plus précisément dans le quartier de la Goutte d’Or. Percuté par la camionnette qui arrivait de la droite aux alentours de 22h30, le jeune utilisateur a fait un arrêt cardiaque et est décédé après avoir été emmené à l’hôpital.

 

Une nécessaire légifération

 

Même si ils sont évidemment moins graves que celui-ci, les accidents subis ou provoqués par des trottinettes électriques à Paris s’accumulent et poussent les autorités à encadrer leur utilisation. Ainsi, le ministère des Transports avait déjà intégré ces appareils au code de la route. La maire de Paris, Anne Hidalgo, leur a quant à elle interdit l’accès aux parcs et aux jardins de la capitale. Plus récemment, elle a aussi interdit le stationnement des trottinettes électriques sur les trottoirs, un phénomène qui exaspérait les piétons parisiens. Encore aujourd’hui, l’Assemblée nationale et le Conseil de Paris sont en plein débat pour légiférer l’utilisation de ces appareils appartenant à des sociétés privées.

 

Invité de Franceinfo ce mardi, Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris, a exhorté les utilisateurs de trottinettes électriques à « prendre conscience que ce sont des engins dangereux, pas des jouets ». Face à la recrudescence d’incidents liés à ces appareils, il a dénoncé un « sentiment d’impunité de la part des pilotes de ces engins » qu’il a jugé « inacceptable ». La mairie de Paris cherche donc des pistes pour limiter l’impact des trottinettes, comme les « limiter à 20km/h et à 8km/h dans les zones de rencontre ». Une mesure qui devrait être facile à mettre en place, puisque, selon Emmanuel Grégoire, « les sociétés ont les moyens de brider leurs engins à distance ».

 

En attendant du concret pour les trottinettes électriques dans les villes, le chauffeur de la camionnette ayant heurté l’utilisateur a été placé en garde à vue le temps de l’enquête, pour homicide involontaire. Il n’avait consommé ni alcool, ni drogues le soir de l’accident.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *