Au Guatemala, l’intelligence artificielle pour combattre la pollution d’un lac

i-tourisme

Attraction touristique du pays, le lac Atitlán est recouvert depuis quelques années par des algues toxiques à l’origine d’une pollution humaine. Une scientifique a peut-être trouvé la solution pour prévenir le phénomène : l’intelligence artificielle. 

 

C’est un phénomène connu pour avoir transformé successivement les plages de Bretagne, de Chine et désormais du Guatemala. La marée verte, due aux rejets des activités humaines, est bientôt presque aussi redoutée que la marée noire tant elle est nocive pour l’environnement. Le lac Atitlán, situé au sud-ouest du Guatemala, aussi considéré comme le plus beau lac du monde est envahi depuis 2009 par des algues toxiques et proliférantes. Ce lac d’une surface de 130 kilomètres carrés et bordé par trois volcans est l’un des sites touristiques les plus visités du pays. Les collines verdoyantes, les anciens villages mayas et les volcans mystiques offre une image de carte postale qui attire les touristes du monde entier. Aujourd’hui, ce n’est plus seulement les collines qui sont verdoyantes mais également le lac, à l’origine d’un bleu limpide. La faute aux cynobactéries, micro-organismes qui se développent dans des eaux usées riches en azote et en phosphore. Il y a donc urgence à alerter les autorités. 

 

Et la solution pourrait venir du ciel, du moins de l’espace. Des scientifiques américains ont mené une surveillance, combinant des rapports terrestres et satellite, des proliférations d’algues. Cette solution pourrait ainsi anticiper ces rejets polluants. Seulement voilà, les moyens techniques du Guatemala ne sont pas suffisants. Une chercheuse à l’Université d’Alabama, Africa Flores, originaire du Guatemala a, grâce à ses analyses, imaginé que l’IA pourrait aider les autorités à mieux prévenir quand et où les cynobactéries peuvent se développer. Le recours à l’IA apparaît ainsi moins onéreux qu’une surveillance satellite en direct que le pays n’aurait pas les moyens de s’offrir.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *