Des vols touristiques dans l’espace pour 2019 ?

i-tourisme

Le touche-à-tout d’Amazon, Jeff Bezos, vient de lancer avec sa société Blue Origin le dixième vol d’essai de sa fusée. Un nouveau pas franchi vers le tourisme spatial.

 

À chaque nouveau test, Blue Origin se rapproche un peu plus de la possibilité de faire voler des touristes dans l’espace. La société a été fondée en 2000 par Jeff Bezos, le patron d’Amazon, dans le but de développer de nouvelles technologies pour démocratiser les voyages dans l’espace. Sa fusée New Shepard a décollé ce mercredi 23 janvier aux alentours de 14h50, heure française. C’est son premier essai de l’année mais le dixième depuis 2015. Tous ont pour l’instant été couronnés de succès. New Shepard est un lanceur suborbital mono-étage, signifiant qu’il est capable d’atteindre l’orbite terrestre et la vitesse de satellisation sans avoir à larguer un ou plusieurs étages propulsifs au cours de son ascension. Il a été conçu pour accueillir jusqu’à cinq passagers et peut voler à plus de 100 km d’altitude. Pour l’instant, aucun humain n’a encore fait partie du voyage. Cependant, la fusée n’est pas partie aujourd’hui à vide puisqu’elle a transporté avec elle huit expériences scientifiques parrainées par la Nasa.

 

Un billet à 250 000 dollars

 

L’objectif est qu’un jour elle puisse accueillir six passagers pour un voyage de 11 minutes. Tout juste le temps pour cette fusée de décoller à la verticale puis la capsule habitée se désolidarisera avant d’atteindre la frontière de l’espace et enfin de retomber vers la Terre.

Blue Origin n’est pas le seul sur le marché du tourisme spatial, rejoint en 2004 par Virgin Galactic. Contrairement à son concurrent, Virgin Galactic a d’ores et déjà annoncé le prix de son ticket pour l’espace : 250 000 dollars la place. Autant bien s’accrocher… D’après le groupe Virgin, une centaine de billets ont été vendus. Leurs détenteurs attendent désormais de pouvoir les utiliser puisque ni Virgin ni Blue Origin n’ont annoncé de date de lancement de vols habités. Ils préfèrent avant tout privilégier la sécurité et multiplier les essais avant une probable prochaine commercialisation de vol suborbital. Certains responsables des deux sociétés tableraient sur l’année 2019 pour les premiers décollages.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *