Doper les ventes avec la plateforme NOE

i-tourisme

Le Cediv, le réseau des agences indépendantes : 250 adhérents, 650 agents de voyages, 134 partenaires, 12 évènements annuels compte sur sa plateforme NOE pour doper ses ventes. Interview Lise Fadoul d’Orchestra

i-tourisme : Parlons technique : comment une méga plateforme comme orchestra, permettant un accès unifié en temps réel à l’offre de plus de 210 sources intégrées, parvient-elle à s’adapter aux besoins très spécifiques d’un réseau d’agences indépendantes comme le Cediv ?

Lise Fadoul : Justement, si notre plateforme s’appuie sur une vaste gamme de développement, c’est bien pour pouvoir avoir la capacité de ne sélectionner seulement que les fonctionnalités dont nos clients ont besoin. C’est le cas pour le Cediv. Nous n’avons appelé que les briques nécessaires à l’administration de la plateforme par le réseau.

i-tourisme : Sans lancer des développements supplémentaires ?

Lise Fadoul : Pour l’outil B2B, nous procédons régulièrement à des ajustements, mais le socle reste le même. Nous activons, ou non, des fonctionnalités, ce qui ne modifie pas l’architecture de base. Par contre, nous pouvons prendre en compte certaines demandes d’évolutions pour faciliter quelques pratiques métiers.

i-tourisme : Avez-vous créé une couche ‘’distribution’’ pour faciliter l’accès à votre plateforme pour qu’elle soit plus lisible et ergonomique ?

Lise Fadoul : L’outil B2B est générique et évolue tout le temps avec les nouvelles versions de la plateforme. Comme le disais, nous n’avons activé pour le CEDIV que les fonctionnalités qui leur sont utiles afin de rendre son utilisation la plus simple pour les agents. Concernant la partie front-office, celle des sites B2C, elle est paramétrable via des templates et la plupart des fonctionnalités sont configurables à partir de l’outil d’administration. Cela permet de rendre les sites assez personnalisables avec une ergonomie adaptée aux besoins.

i-tourisme : L’outil cumule deux fonctions : celle d’un comparateur et d’une solution de réservation. Laquelle est privilégiée par les agences du Cediv ?

Lise Fadoul : Pourquoi parler de choisir l’une ou l’autre des fonctionnalités à partir du moment où vous avez l’opportunité de rester sur un même écran, ce qui fait d’ailleurs la force de l’outil. Si vous pouvez réserver avec un seul clic, pourquoi en faire 2 ou 3 ou 4 de plus ? De la même façon, interroger les TO un à un, c’est sortir à chaque fois de l’écran ! J’insiste donc pour dire que les fonctions se complètent en apportant un service à 360 : la comparaison plus la réservation. Vous gagnez d’une part en productivité et d’autre part en cohérence, car vous restez sur la même interface sans compter que vous avez moins de chance de vous tromper avec les ressaisies.

i-tourisme : Combien de temps il a fallu à Orchestra pour monter cette interface : des mois ? une année ?

Lise Fadoul : La partie générique de la solution faisant partie du logiciel Orchestra a évidemment pris des années de développements, par contre l’implémentation dans le contexte du CEDIV a pris approximativement 6 mois. Cela couvre les connexions avec les systèmes externes de Back-office comme Gestour ou MB3M.

i-tourisme : Nous avons évoqué le BtoB, qu’en est-il du BtoC ?

Lise Fadoul : Le B2C permet au client d’effectuer par lui-même la recherche et la réservation, l’offre est la même présente que sur le B2B, mais les fonctionnalités et l’ergonomie sont orientés grand public.

i-tourisme : Dernière question, comment travaillez-vous avec les équipes de Cediv. Ce sont eux qui font remonter les demandes des agences ou vous vous appuyez sur votre expérience pour proposer des développements supplémentaires ?

Lise Fadoul : C’est un travail commun. Avec notre connaissance marché, en effet, nous sommes force de proposition. Mais nous sommes aussi à l’écoute des besoins des agences, plus sur les aspects support d’utilisation. Si des demandes sur un même sujet se dégagent, nous y répondons par un déploiement adapté.

 

Publié par Rémi Bain-Thouverez
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *