Emmanuel Macron souhaite faire de la France le leader de l’intelligence artificielle

i-tourisme

A l’occasion de la journée #AIforHumanity, le président Emmanuel Macron a annoncé un programme sur l’IA et un plan de 1,5 milliard d’euros afin de faire de la France le leader mondial en la matière. 

 

1,5 milliard d’euros, c’est le budget alloué au plan national consacré à l’intelligence artificielle. C’est en effet l’annonce faite par Emmanuel Macron au Collège de France le 29 mars, suite à la publication du rapport de Cédric Villani. Le président a présenté un programme sur 4 axes : 

  • Construire un véritable réseau de recherche et d’expérimentation sur l’IA
  •  Engager une politique favorable à l’ouverture des données
  • Avoir une stratégie publique française et européenne qui permet de réussir dans la compétition internationale en matière de santé et de mobilité.
  • Etablir une réflexion, des règles et une compréhension commune

Selon le chef d’Etat, « l’intelligence artificielle peut devenir l’un des facteurs les plus importants pour notre compétitivité. C’est une révolution politique et cette politique est inconcevable sans dimension européenne ». Une vision nationale donc, mais aussi pro-européenne qui pourrait permettre au vieux continent de « renaître » d’un point de vue économique. 

De nombreux défis à relever

Pour tenter de relever le défi, le président souhaite développer la recherche dans l’IA, en lançant un programme national cordonné par l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA) et inciter les chercheurs français à rester dans l’Hexagone. Un réseau d’instituts sera également créé afin de favoriser les synergies sur l’ensemble du territoire.

Pour les données, après avoir salué l’entrée en vigueur du RGPD, Emmanuel Macron annonce « procéder à une ouverture proactive des données. Cela passe par l’ouverture des données publiques. Nous ouvrirons également les données financées sur les deniers publics. Nous faciliterons la création de plateformes de données entre le public et le privé ». 

Enfin, la mobilité sera au coeur de la stratégie française, notamment via le développement de la voiture autonome. Le Président a déclaré que la France aura la possibilité de tester ces véhicules à partir de 2019 grâce à un cadre législatif adapté. Outre Google et Waymo, Renault et PSA ont déjà fait part de leurs ambitions en la matière.

 

Un plan national ambitieux et optimiste mais qui, mis en application, devra faire face à de nombreux défis, dont le retard de la France en matière d’IA en comparatif avec des pays comme la Chine ou les Etats-Unis.

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *