ENTRETIEN – Alexandre Dos Santos, fondateur d’Affilae : « Démocratiser l’accès à l’affiliation »

i-tourisme

Sur le terrain fragilisé de l’affiliation sont lancées des entreprises innovantes, enrichissant la formule au point de relancer l’affiliation sur de nouvelles bases et surtout de la créditer d’un modèle vertueux. Nous avons ainsi rencontré Alexandre Dos Santos, fondateur d’Affilae.

 

L’Entreprise connectée : Pourquoi lancer vous une encore une solution sur l’affiliation alors que le marché s’est tourné vers d’autres moyen d’acquisition ?

Alexandre Dos Santos : C’est justement dans le cadre d’un terrain qui ne satisfaisait plus aucun commerçant que nous avons été amenés à créer Affilae, d’abord en beta en 2012, puis opérationnel par la suite. C’est un logiciel de tracking en affiliation mettant en relation directe les annonceurs et
les affiliés.

 

Comment bénéficie-t-il aux utilisateurs ?

Alexandre Dos Santos : A l’époque, nous avions deux objectifs en arrivant sur le marché. Le premier était de démocratiser l’accès à l’affiliation à tous les marchands et annonceurs souhaitant tracker et rémunérer des apporteurs d’affaires affiliés. Le second était de permettre aux marchands plus matures sur le sujet de rationaliser leur pratique de l’affiliation en réalisant de belles économies d’échelles sur leurs tops affiliés. Ce modèle s’inscrivait dans la suite logique des expériences diverses de monétisation de contenus éditoriaux que nous avions déjà pratiqué.

 

Comment avez-vous procédé ?

Alexandre Dos Santos : Par un benchmarking sur les freins du marché de l’époque, ce qui nous a amené à travailler sur trois axes de valeur ajoutée : un nouveau modèle économique, une nouvelle approche de l’attribution et le tracking.

 

Un nouveau modèle économique s’imposait-il, suite aux déboires historiques de l’affiliation ?

Alexandre Dos Santos : Nous étions motivés par une sorte d’idéalisme : construire quelque chose de juste pour les annonceurs. Auquel cas, reproduire le modèle classique de la plateforme d’affiliation, qui se rémunère sur les volumes de commissions affiliés, ne pouvait pas être l’option à retenir. Nous ne voulions pas être juge et partie dans le business de nos clients. Nous n’avions que trop bien observé les dérives que cela entraînait.

 

Alors, quelle a été la solution ?

Alexandre Dos Santos : Alors nous avons levé les barrières historiques d’accès au levier affiliation en bâtissant Affilae sur un business model SaaS. Le principe consiste à proposer un abonnement mensuel récurrent, accessible dès 69€ par mois, sans engagement de durée, pour tous les annonceurs. C’est toujours le cas aujourd’hui. Les nouveaux entrants peuvent tester la formule puisqu’ils bénéficient d’une période de 30 jours d’essai gratuit afin de tester le modèle.

 

Vous vouliez prioritairement rassurer les annonceurs sur le modèle économique ?

Alexandre Dos Santos : La base zéro commission sur le CA d’affaires de nos clients représente bien notre ADN. Nous nous positionnons ainsi en tant que véritables tiers de confiance sur le tracking. De ce fait, nous garantissons la transparence dans l’affichage des données, ainsi que dans la mise en relation directe des annonceurs et affiliés.

 

C’est à ce niveau que se situe l’innovation ?

Alexandre Dos Santos : Oui. Les solutions actuelles reposent sur cette équation : rendre l’affiliation équitable et transparente entre les différents acteurs. Vous savez, le levier de l’affiliation existe aujourd’hui depuis plus de 20 ans. Nous avons le recul nécessaire pour identifier les freins technologiques de la mise en place des programmes.

 

Et pour l’attribution ?

Alexandre Dos Santos : Notre objectif premier a été de retravailler le modèle d’attribution des commissions au dernier clic. Il était urgent de le faire, du fait de l’arrivée de nouvelles typologies d’affiliés telles que les influenceurs, blogueurs, les réseaux sociaux ou encore le mobile qui sont très vite devenus les nouvelles superstars de ce levier, agissant plutôt en amont dans les tunnels de conversion.

 

Comment avez-vous procédé ?

Alexandre Dos Santos : Nous avons pensé à un nouveau modèle d’attribution sur ce levier, un mode plus juste, n’oubliant aucun des contributeurs sur les ventes engendrées en affiliation : le “partage de commission”.

 

Plus précisément ?

Alexandre Dos Santos : Nous avons travaillé sur un mode linéaire dans le but de traquer l’ensemble des affiliés contribuant à une vente et de répartir la commission globale générée entre tous les acteurs ayant contribué. L’objectif était ainsi de prendre en compte les typologies d’affiliés prescriptrices des produits et services d’une marque, comme par exemple avec les blogs ou les
influenceurs comparateurs. Si la technologie reste complexe, le bénéfice utilisateur est simple : l’affilié est rémunéré à chaque fois qu’il contribue à une vente de la marque, au prorata de sa participation dans le tunnel de conversion.

 

Ce système marche-t-il ?

Alexandre Dos Santos : Les résultats sont là : aujourd’hui plus de 90% de nos programmes d’affiliation e-commerce sont en attribution partage de commissions.

 

Que dire du tracking ?

Alexandre Dos Santos : C’est la base. Le nerf de la guerre de la publicité en ligne et le cœur de notre métier. Pouvoir attribuer la bonne commission au bon apporteur d’affaire affilié est l’élément clé de la notion de tiers de confiance publicitaire.

 

La solution est complexe ?

Alexandre Dos Santos : Oui, car en affiliation et dans la publicité en ligne, en général, il existe différents types de fraudes au clic et à la conversion, comme les cookie stuffing, les iframming, les trafics de bots… Il était alors essentiel de proposer une réponse technologique sécurisant les investissements publicitaires de nos clients en sauvegardant leur ROI.

 

Comment ?

Alexandre Dos Santos : Grâce à des technologies nouvelles et à des écosystèmes de plus en plus riches sur le sujet. Nous avons mis en place des trackers protégeant nativement les annonceurs contre la fraude. Par exemple, en empêchant le site d’être embarqué dans une iframe, en déclenchant le tracking uniquement sur un mouvement de souris humain, ou encore en comptabilisant le clic lors de l’arrivée effective du client sur le site, et non plus au clic sur le lien.

 

C’est une approche business très différente.

Alexandre Dos Santos : Même tout à fait contraire à ce qui se faisait. Cela nous a permis de proposer des liens d’affiliation directs, sans redirection, comme le marché avait l’habitude de fonctionner. Les avantages sont multiples : le client clique sur le nom de la marque, il ne transite pas par un tiers publicitaire, et il est beaucoup moins bloqué par les adblockers et les FAI. Enfin, selon l’intégration utilisée, il peut avoir un impact positif sur le référencement naturel de l’annonceur. De grandes avancées publiques qui ont été autant d’atouts à l’adoption de ce nouveau modèle impulsé par Affilae en France. C’est le résultat de notre marketplace.

 

Vous pouvez développer ?

Alexandre Dos Santos : Si nous sommes clairement plébiscités pour notre tracking en SaaS, il fallait aussi que le business entre annonceur et affilié grossisse afin de devenir une place incontournable de l’affiliation directe. C’est la raison pour laquelle nous avons créé une marketplace affilié, mettant gratuitement en relation les marques et les prescripteurs affiliés. Le but recherché est de négocier des deals de visibilité, et de les tracker ensuite par Affilae, arbitre du maintien de leurs bonnes relations. Les annonceurs peuvent ainsi créer leur propre programme, sans intermédiaires, et trouver en quelques clics de nouveaux partenaires pertinents afin de commercialiser leurs produits et services.

Publié par Rémi Bain-Thouverez
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *