Je crois à la résilience du secteur du tourisme pour se redresser

i-tourisme

Professe Stephan Chaubet le gérant d’Assurinco. De la résilience il en faudra, car le tourisme s’offre ‘’la première ligne’’ des dommages collatéraux sur le plan économique.

Comment surmonter cette crise ? Selon le secrétaire d’état: Juillet et août représentent 41 milliards d’euros de recettes générées par le tourisme domestique et 14 milliards d’euros par le tourisme international, soit un total de 55 milliards. Un secteur à l’arrêt dont la reprise variera de manière différente dans chaque pays…

D’où le cri d’alarme de UMIH, l’Union des Métiers des Industrie de l’Hôtellerie : l’urgence de la situation économique de nos entreprises nécessite une mobilisation massive et générale de la part des pouvoirs publics, mais également de tous les acteurs du monde économique comme le secteur bancaire, les bailleurs et les assurances. Roland Héguy son président confédéral va plus loin : « En ce qui concerne les assurances, nous déplorons en effet qu’elles soient les grandes absentes du grand mouvement de solidarité qui se met en place partout pour les entreprises et les emplois menacés par l’ampleur des conséquences économiques de la crise sanitaire sans précédent que nous traversons. »

Le COVID-19 touche plus de 180 pays dans le monde. Devant cette situation exceptionnelle, Assurinco se trouve bien à l’épicentre des retombées de cette pandémie : adaptation, difficultés, échanges…Mais loin de baisser les bras, le courtier de Toulouse se mobilise pour soutenir ses clients dans la gestion du courant. Ce qui devait être facturé sur les départs du mois d’avril et de mai doit être reporté avec la modification des toutes les dates de départ en accordant une attention particulière pour éviter les erreurs d’affectation. Il s’agit de traiter toutes les demandes dans les meilleurs délais. Pour garder ce lien, 15 personnes de l’équipe restent à disposition pour trouver une solution à toutes ces nouvelles problématiques. Voilà pour la situation actuelle.

Industrie du tourisme, quelle pérennité ?

Et il faudra repartir de zéro : « on ne vend plus d’assurance voyages, car les clients ne partent plus » confesse le gérant d’Assurinco. Le mur qui se dresse semble d’une hauteur vertigineuse. Tyler Cowen l’économiste libéral à la tête du blog ‘’Marginal Revolution’’, l’un des plus influant au monde déclarait à notre confère le Point : « Même si c’est un scénario optimiste qui s’applique, il y aura un peu moins de bateaux de croisière, moins de cinéma, moins de touristes, moins de restaurants… ». Alors ?

Stephan Chaubet ne cache pas sa préoccupation : « Bien sûr que cette crise nous inquiète à tous les niveaux, mais elle arrive après tant d’autres… Nous aurions dû déjà être à terre et nous nous sommes toujours relevés : après le printemps Arabe, le volcan, le terrorisme, les évènements géopolitiques, etc…C’est à la fois notre malheur et notre chance, car nous avons toujours appris à trouver des ressources nouvelles pour relancer notre industrie. Les autres secteurs, n’ayant pas encore été confrontés aux crises, seront plus déstabilisés encore. »

Il va de soi que le monde d’après Covid 19 trouvera des ressources nouvelles dans la digitalisation comme le prédit Tyler Cowen : « l’économie va se tourner de plus en plus vers la technologie et le télétravail. » Assurinco en fait déjà la démonstration en s’appuyant sur des solutions sécurisées pour le partage de fichiers : circonstance oblige pour traiter les milliers de dossiers d’indemnisation, tout en gardant de l’interactivité pour répondre aux questions des clients par vidéoconférence interposée. Stephan Chaubet explique : « Notre objectif consiste à ne pas créer de rupture dans la continuité du service. Nous sommes en visioconférence tous les jours. Les couvertures d’annulation varient d’un contrat à un autre. Chaque cas est particulier et se doit d’être examiné en fonction du contenu du contrat et des recommandations de voyage fournies par les autorités locales au moment de l’achat de l’assurance ». La technologie s’invite dans l’organisation de l’entreprise pour s’adapter à l’évolution de la situation. Des points quotidiens sont organisés avec les responsables de chaque service et la direction générale auprès des clients pour que chacun puisse bénéficier du même niveau d’informations.

Et demain?

Si l’été à des chances de repartir ‘’un peu près normalement’’ pour le tourisme domestique, l’out going ne connaîtra pas le même sort comme le craint Stephan Chaubet : « je n’attends pas vraiment de reprise avant le début de l’année prochaine avec la réouverture de certains pays et la remontée en régime des compagnies aériennes, d’autant qu’une grosse partie de la population des voyageurs sont des séniors et qu’ils vont hésiter à partir dans des conditions de sécurité incertaine. Nous pourrons toujours compter sur les aficionados des voyages qui savent se montrer plus intrépide, mais c’est une cible plus restreinte. »

Mais le secteur du tourisme bénéficie de l’octroi accordé par le gouvernement. Ainsi les opérateurs proposent massivement à leurs clients le décalage des voyages sans frais à des dates ultérieures. Assurinco, soucieux de la pérennité de son service, soutient pleinement cette mesure en proposant un report des assurances pour tous les départs prévus jusqu’au 30 avril 2020. Stephan Chaubet commente : « j’ai été impressionné par l’énergie et les moyens considérables déployés par le TO pour rapatrier leur client, le plus souvent à leurs frais. Soyons certains qu’ils sauront saisir les opportunités qui se présenteront avec le déconfinement. »

Quid de l’assurance voyage ?

« À situation exceptionnelle, efforts exceptionnels de tous pour tous. Ainsi, nous demandons aux assureurs de participer à la solidarité nationale aux côtés de tous les acteurs économiques de ce pays en couvrant plus largement les pertes historiques de leurs assurés » clame Roland Héguy. Pas sûr que cette injonction soit entendue par les assureurs d’autant qu’ils sont de moins en moins nombreux à vouloir s’intéresser au secteur du tourisme. À qui la faute ? aux risques imprévisibles et répétitifs qui accompagnent à cette industrie, bien entendu, mais surtout du fait de la légèreté des voyageurs ! En effet beaucoup restent réticents à souscrire à une assurance voyage !

Changement de paradigme

Avec cette pandémie, gageons que les comportements vont changer. Stephan Chaubet en est persuadé : « nous nous efforçons depuis des années à ce que s’adjoigne une assurance voyage pour chaque départ. Nous ne sommes loin d’être toujours entendus. Mais avec la crise actuelle, il est certain que le consommateur va comprendre la nécessité de se doter d’une couverture capable de couvrir les risques associés à ses déplacements. » il faudra que les compagnies assurent ces nouveaux risques. Ce ne sera évidemment pas gratuit. À toute chose malheur est bon, oserions-nous dire : de par la situation actuelle, la nécessité de payer ‘’un peu plus’’ pour bénéficier de meilleures garanties va s’imposer.

 

Publié par Rémi Bain-Thouverez
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *