La Plagne : une révolution digitale récompensée

i-tourisme

Lors des TRAVEL D’OR™ 2018, la Plagne s’est vu récompensée en obtenant le trophée de la catégorie « Destination Touristique Française ». Une consécration qui vient concrétiser 2 ans d’un profond travail porté sur l’unification et l’intégration des différents sites web en une seule et même plateforme. 

 

Avec près de 200 000 votants, cette enquête s’impose comme la plus grande consultation de ce secteur. Pour la célèbre station au bonnet, ce prix se révèle être une bonne nouvelle doublée d’une surprise d’autant que les nominés étaient des régions majeures, Morbihan, La Réunion, Corse, Somme… « Jamais je n’aurais imaginé qui nous puissions remporter ce trophée. C’est vrai que nous avions engagé depuis 2 ans un profond travail d’intégration et d’unification de nos différents sites internet dans une seule plateforme de marque. Je constate avec cette reconnaissance des internautes que cette stratégie a payé » déclare Pierre Gonthier le président de l’office de tourisme de la grande Plagne. Tout est dit, ou presque : avec internet, ce qui compte c’est la transversalité.

 

Coup de pouce de l’État

Il faut le reconnaître, sans un ‘’coup de pouce’’ de l’État, la Plagne n’aurait jamais gagné ce prix. Quelle était la situation ? La Plagne se présente comme une mosaïque : une petite ville en vallée, des stations villages aux personnalités différentes et des sites en altitude. Évidemment toutes ses entités cultivaient avec jalousie et fierté leurs avantages concurrentiels. Sauf que le monde a changé : il est mondialisé et ouvert à l’image d’un web qui n’a plus de frontière. Les clients ne se reconnaissent plus dans les clivages. Ils exigent de la transparence et de la transversalité. C’est la réalité de l’internet participatif. Il faut savoir évoluer. L’État, en imposant le regroupement de commune, a sérieusement poussé à la création d’une grande Plagne unifiée.

 

La transversalité

Le mérite des autorités de la Plagne est bien d’avoir transformé cette obligation en opportunité. Pierre Gonthier poursuit : « j’ai créé un directoire composé d’un vice-président pour chacun de nos différents sites. L’objectif est d’apprendre à nous connaître, d’échanger, de travailler ensemble, de trouver des directions communes ». Le résultat c’est le lancement d’une plateforme de marque sous une seule entité : la Grande Plagne, récompensée par le trophée des Travel d’Or 2018.

 

La convergence

Les marques ont bien tenté de préserver l’autonomie de canaux de ventes pour des raisons de différence de marge. C’était sans compter la force de l’internet participatif. Avec le web 3.0 les consommateurs ont pris le pouvoir, réseaux sociaux à l’appui. Ils ont imposé aux marques une certaine convergence stratégique. Résultat : on assiste partout à la complémentarité des canaux de distribution : le web-to-store, le store-to-web. La Plagne suit le mouvement en intégrant la pluralité de ses différents sites dans une plateforme fédératrice.

 

Plateforme fédératrice

Cette convergence se traduit, entre autre, par l’association de la société privée SAP avec l’office de tourisme pour le lancement d’une centrale de réservation commune.  Pierre Gonthier ajoute : « Les élus et les sociaux-pro travaillent désormais ensemble. Nos équipes sont composées de jeunes et comme moi de moins jeunes. Mais ça marche, même si cela demande du temps et beaucoup de réunions. Aujourd’hui j’observe un bel alignement des planètes. Les personnes volontaires finissent par entraîner les plus réticents au changement. Nous nous engageons sur une véritable dynamique. »

 

Pratique

Les sites deviennent des plateformes avec nombre de liens croisés comme l’explique Rémy Cournil, le directeur de l’office du tourisme de la grande Plagne : « Notre site s’apparente davantage à un portail. Il est pertinent 365 jours par an. Il comporte l’exhaustivité de notre offre : l’ensemble de nos prestations, nos animations, nos services, nos commerces,  les webcams, la météo, les ventes d’hébergements et de forfaits, etc. » Les sites vitrines avec de belles photos dont l’objectif était uniquement de faire rêver ont vécu. Un site d’office de tourisme n’échappe plus aux exigences actuelles : il se doit aujourd’hui d’être pratique, interactif et surtout très opérationnel. Les institutionnels doivent s’adapter.

 

Place de marché

Les géants de l’internet ont montré la voix. La tendance est aux places de marché. La Fevad, la fédération du commerce à distance, en mesure tous les jours la croissance. C’est Amazon qui a lancé le mouvement. Souvenez-vous, il n’était qu’une ‘’simple’’ librairie en ligne. En se transformant en place de marché, il est devenu le leader mondial qu’on connait aujourd’hui. En parallèle, en devenant une plateforme de marque il ambitionne de se structurer comme portail interactif multidirectionnel.

 

Outil d’échange

Comme l’explique Olivier Nguyen de Salesforce : « Avec le digital nous entrons dans la 4éme révolution industrielle. C’est une véritable rupture qui peut engendrer des peurs, mais aussi des opportunités. » Corine Maironi, la maire de Aime la Plagne en est bien consciente : « Nous ne pouvons plus nous contenter d’être une caisse enregistreuse. Nous devons comprendre les attentes de nos vacanciers. Le site internet nous aide à mieux les connaître afin de mieux les accueillir. Il devient un support aussi bien d’information que d’échange. Il sert de relais entre nous, nos clients, la vallée, les villages et les stations d’altitude. »

 

Interactivité

L’application Huge, application officielle de la Plagne, joue un rôle moteur. Elle s’adapte en temps réel aux attentes spécifiques des usagers et sert de moyen de communication pour les commerçants qui peuvent y indiquer leurs horaires. En parallèle, grâce à son système de messagerie, elle se présente comme un moyen interactif de communication entre les utilisateurs. Thomas Saison le directeur vente et marketing à la Société d’Aménagement de la Plagne affirme : « Avec plus de 400 000 téléchargements nous sommes détenteur de la plus grosse base de données du secteur, ce qui nous permet d’étudier réellement les besoins de nos clients, de comprendre leurs attentes afin d’améliorer nos prestations. »

 

Publié par Rémi Bain-Thouverez
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *