L’Inde s’ouvre un peu plus au tourisme grâce aux e-visas

i-tourisme

Le gouvernement indien souhaite étendre la durée de validité des e-visas au même titre que les visas papiers pour augmenter les flux en direction de son pays.

 

Pionnière dans le secteur des e-visas, l’Inde joue la carte de l’ouverture touristique en tentant de faire évoluer la durée de validité des visas online. Disponible grâce à un simple formulaire en ligne, le « pré-visa » électronique offre aux voyageurs de 161 pays dont la France, un sérieux gain de temps. Il leur évite la file d’attente en ambassade avant d’obtenir le précieux sésame. Il leur permet ensuite d’embarquer sans le visa sur passeport et une fois arrivé à destination, il leur suffit de donner leurs empreintes afin de recevoir le tampon d’entrée apposé sur le passeport.

 

Créé en 2014, l’e-visa permettait jusqu’à présent de rester 30 jours et pas un de plus sur le sol indien. Désormais, la limite est fixée à quatre mois. Peut-être plus pour très longtemps. En effet, le ministère du Tourisme indien est actuellement en discussion avec le ministère de l’Intérieur afin d’envisager l’allongement de cette date, souhaitant se rapprocher des règles qui encadrent le visa papier, valable jusqu’à six mois.

 

« Nous demandons si une période par défaut peut être définie, comme une période par défaut dans des pays tels que les États-Unis. La durée peut être allongée. Cela devrait le rendre plus pratique pour les touristes en visite en Inde et augmenter les chiffres, l’Inde pouvant être perçue comme une destination plus facile à visiter », a déclaré le 6 novembre dernier, un responsable du ministère du Tourisme dans le quotidien économique indien, The Economic Times. Une preuve de la bonne santé touristique au pays du Taj-Mahal et du Gange, comme en témoignent ces récentes statistiques : 10,2 millions de touristes étrangers ont été accueillis en 2017, soit une augmentation de 15,6% par rapport à l’année précédente. Le nombre de touristes ayant utilisé un visa électronique s’est élevé à 1,7 million, soit une augmentation de 57,2%.

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *