Orchestra mise sur l’offre sur-mesure

i-tourisme

Souplesse, rapidité, agilité, réactivité : deviennent les constantes de notre monde connecté. C’est une mutation profonde, durable qui oblige tous les acteurs à s’adapter. C’est encore plus vrai pour le secteur du tourisme qui doit miser sur l’offre sur-mesure.

 

Orchestra a lancé un nouveau module afin d’offrir une réponse à cette évolution comme l’explique Maxime Noel, chef de produit : « Nous vivons une période d’ubérisation, de décentralisation. Notre monde n’est plus figé et nous devons adapter nos technologies pour répondre à cette évolution. Les voyageurs ne souhaitent plus être enfermés dans un cadre rigide comme un départ du samedi au samedi. Notre module apporte une solution qui correspond à cette demande. Elle prend la suite de pré-package, qui déjà offrait une certaine souplesse pour aller davantage vers le ‘’à la carte’’».

Le module s’adresse aux producteurs comme aux distributeurs qui souhaitent monter eux-mêmes des voyages à la carte. Maxime Noel précise : « Nous visons autant les producteurs que les distributeurs. Il y a une vraie volonté d’étendre notre plateforme au plus grand nombre avec pour chacun, une personnalisation de celle-ci. Le module est un seul et même socle technologique : ce sont les règles qui changent et permettent l’adaptation du système aux besoins des TO ou des agences. » Ensuite c’est une affaire de désign qui relève des choix de chaque client.

 

L’outil

Après 3 ans de développements, l’outil se présente comme une timeline vierge que chaque client a la possibilité de remplir selon ses besoins et ses critères via des prestations : transport, hôtel, transfert et activités. C’est une solution ouverte, connectable avec de nombreuses sources. Déjà utilisé par Directour, elle vient d’être implémentée par Solea. Le système n’est pas fermé. « on peut faire le tour du monde avec ce module » s’amuse à dire Maxime Noel.

 

Fonctionnement

Le système, à partir des dates de départ du voyage du début et de fin, et selon les règles établies, va ‘’piocher’’ dans la production. Grâce aux flux dynamiques et via la connectivité à de nombreuses sources (ex : Amadeus pour les vols), l’agence va récupérer le devis, le faire valider par le client et les confirmations peuvent ensuite se faire automatiquement en un seul clic. Chaque réservation apparaît sous forme listée avec des descriptions détaillées de la prestation et des photos pour les établissements hôteliers.

 

Productivité

Si cette solution ne peut pas remplacer (pour le moment) l’humain, des algorithmes sont créés afin de vérifier certains paramètres notamment, par exemple, sur les marges de sécurité lors des transferts (temps suffisant). « L’avantage c’est qu’il y a un vrai gain de productivité auprès des équipes. Tout est automatisé, personnalisable et simple d’utilisation. Le mécanisme du booking a été entièrement repensé. Nous avons industrialisé ce qui se faisait à la main.» poursuit Maxime Noel. On peut estimer que l’agent va parvenir à doubler sa capacité de traitements de dossier. Il n’a pas à attendre les réponses. Si à la fin de la journée, 20 dossiers sont finalisés au lieu de 10 par la même personne, en effet, le gain de productivité est indéniable.

Il faut compter en moyenne 2-3 mois pour avoir la solution clé en main pour une agence, une fois le contact pris avec Orchestra. « Cela dépend du degré de personnalisation du client. Si c’est classique, ça peut aller très vite » précise chef de produit d’Orchestra.

 

Flexibilité

Tout le monde s’y met : Heliade Flex, Thalasso N 1Flex, Framflex…. le module d’Orchestra est bien dans l’air du temps.

 

 

 

 

 

 

Publié par Rémi Bain-Thouverez
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *