Piétons, cyclistes et Big data roulent désormais ensemble

i-tourisme

L’étude du trafic cycliste et piéton ne doit plus être négligée par les municipalités. Désormais, celles-ci pourront collecter des données grâce à Streetlight Data, une entreprise spécialisée dans le traitement de la data. 

 

Ils étaient les grands oubliés des services de mesure de trafic par la data. Les cyclistes et piétons seront désormais intégrés à la plateforme spécialisée dans l’analyse de données, Streetlight Data. Présente au CES 2019 de Las Vegas aux côtés de Engie & Partners, la start-up américaine y a présenté son tout dernier produit “M2”, qui gère les piétons et les vélos.

Jusqu’à présent, ses suivis de circulation n’étaient réservés qu’aux automobiles, autobus et motos. Avec cette nouveauté, Streetlight Data souligne le fait que l’information sur la circulation ne doit pas se limiter aux véhicules motorisés. Désormais, toute personne abonnée à StreetLight Data peut se connecter à son tableau de bord numérique et afficher les heures, les dates et les types de déplacements (voiture, vélo, pied) en prenant en compte les heures de pointe, dans une rue, un quartier ou une zone prédéfinie. La solution doit pouvoir répondre à une grande sélection de questions, telles que : “Quels sont les jours et les routes qui ont le volume de vélo le plus élevé et à quelle heure de la journée? Quelles sont les origines / destinations communes des voyages? Quel est le but du voyage?…

 

Au fur et à mesure que le contexte urbain se complexifie, il devient ainsi nécessaire de perfectionner la collecte des données pour que la mobilité s’apprête à être durable. En effet, le besoin d’infrastructures pour les piétons et les cyclistes augmente dans de nombreuses métropoles partout dans le monde.  Jusqu’alors, la collecte des données relatives au “slow travel” était plongée dans une zone grise, les outils pour les calculer étant inexistants. Depuis, Streetlight Data a développé un nouvel ensemble d’outils d’apprentissage machine exclusifs permettant de différencier les vélos et le trafic piétonnier des véhicules motorisés.

 

Mettre en lumière des tendances en matière de mobilité

 

Outre le bénéfice pour l’usager, les professionnels peuvent aussi tirer parti des nouvelles mesures proposées par la data pour répondre à tous les problèmes liés au transport, (congestion routière, pollution…) et ainsi cibler de nouveaux investissements en matière d’infrastructures.

Nous pouvons maintenant mettre en lumière ces tendances en matière de mobilité”, explique Laura Schewel, patronne de StreetLight Data. “Mon espoir est qu’en étant capable de mesurer les vélos et les piétons, nous puissions nous orienter vers un avenir où ces modes de déplacement sont plus répandus”, ajoute-t-elle. Dans son chantier récent de réseau de transport multimodal, la ville de Toronto a ainsi fait appel au big data. L’objectif étant désormais d’aller plus loin et de franchir les frontières du centre-ville pour conquérir la banlieue.

En Virginie, Streetlight Data doit pouvoir aider la région nord, particulièrement encombrée par les embouteillages, en l’éclairant sur les possibilités de trajets de contournement. En effet, les travaux d’agrandissement de routes y sont limitées.

Partout dans le monde, Streetlight Data traite plusieurs milliards de points de données géospatiales pour mesurer les interactions entre piétons, vélos et véhicules.

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *