Start-up de la semaine : Bagshare souhaite associer tourisme et associatif

i-tourisme

La « Startup » de la semaine braque chaque vendredi ses projecteurs sur une jeune pousse innovante, proposant un concept nouveau et/ou une nouvelle approche d’une thématique tourisme ou loisirs. Aujourd’hui, focus sur Bagshare, la jeune pousse qui met en relation les voyageurs et les associations locales.

 

Quel est le concept initial ? 

Bagshare est une plateforme de mise en relation de voyageurs avec des petites associations locales partout dans le monde.  Les voyageurs peuvent ainsi s’informer des besoins des missions associatives dans le pays de destination et offrir une place dans leur valise pour acheminer des biens matériels pertinents à zéro coût logistique.

 

Quel « plus » pour le tourisme ?

Nous créons des moments d’échange interculturel en permettant aux voyageurs d’aller à la rencontre des populations défavorisées et de prendre conscience des réalités des pays qu’ils visitent. Nous ne sommes pas dans la promotion d’un tourisme de la pauvreté, nos voyageurs prennent le temps d’échanger avec nos associations partenaires  en amont de leurs voyages, s’occupent eux même de la collecte et deviennent a leur retour des vrais promoteurs de cette cause.

Notre ambition est d’accroître le respect des autres et de leurs cultures et de faire du tourisme un vrai levier de tolérance.

 

Quel est le cœur de cible ?

Notre coeur de cible sont les personnes qui voyagent déjà souvent et voient l’enrichissement d’un voyage au travers la rencontre. Certains ont déjà fait des missions humanitaires de moyenne ou longue durée et sont désormais à la recherche d’une option d’entraide facile lors de voyages de plus courte durée. Ils aiment voyager par eux mêmes, créer leurs propres histoires et ne cherchent pas à suivre des activités déjà toute tracées.

 

 

Quel est votre élément différenciant ? 

A date nous n’avons pas de concurrents directs sur ce secteur.
Nos concurrents indirects sont de deux types :  les organismes qui offrent des missions humanitaires de courte durée et les agences de tourisme qui proposent des voyages au sein de communautés. Notre point fort est de rendre le tourisme solidaire facile et accessible à tous.

 

Quel est le marché potentiel ? 

Tout d’abord le marché du tourisme est la 3e source de PIB mondial et continue de croître; dans le monde 1,2 milliard de voyageurs internationaux, une progression de 8% vers les pays émergents avec une prévision d’ 1 milliard de voyageurs uniquement vers ces régions du monde d’ici à 2030. On assiste aussi à une montée du tourisme solidaire et responsable, ou tout du moins de l’intérêt qu’on y porte, car le concept reste encore flou pour beaucoup. Les tours opérateurs qui proposent ce type de voyages prolifèrent et en France, en 2017,  7 Français sur 10 disent vouloir faire l’expérience de ce type de tourisme pour leurs prochaines vacances.

 

Quel est le business model ?

Le service Bagshare est totalement gratuit et nous souhaitons le garder ainsi.
Nous cherchons donc à réaliser des associations avec des entreprises afin de leur proposer une offre RSE incluante pour tous leurs employés. Les employés peuvent ainsi profiter de nos associations partenaires pour aller vivre une expérience sur le terrain lors de leurs voyages professionnels ou personnels (ie. congés solidaires), et/ou peuvent participer aux collectes de dons inter-entreprises de leurs collègues.

 

Faites-vous partie d’un incubateur ? 

Nous avons été sélectionnés pour faire partie de la promotion 2018 du Welcome City Lab. Nous avons aussi participé à la promotion 2017 de Ticket for Change.

 

Où en est le lancement  de votre start-up ? 

Après avoir réalisé une preuve du concept auprès d’un panel réduit de voyageurs, dont une vingtaine sont partis dans une de nos 15 associations partenaires au sein de 3 pays (Argentine, Colombie, Népal), nous sommes désormais en train de chercher à nous développer pour créer une communauté forte de voyageurs comme d’associations partenaires.

Notre premier focus est la visibilité du projet et son attractivité.

 

Cherchez-vous actuellement des financements ?

Nous sommes en recherche active de financements auprès d’organismes tels que la BPI ou le réseau France Active. Le stade de la levée de fonds nous semble un peu prématuré et nous préférons que l’activité croisse en premier lieu.

 

Une actualité à annoncer ?

Nous serons à Viva Tech le 24 mai pour présenter notre projet en partenariat avec la fondation Bouygues.

 

Et l’équipe ?

 

VALERIE DEMAY, fondatrice, ancienne chef de projet et bénévole ne milieu associatif.

 

DANIEL RIOSMORENO, co-fondateur, ancien chargé de communication dans le milieu associatif

 

Le « + » de l’info

Ce qui vous a donné envie d’entreprendre ?
Valérie Demay : La motivation de faire sortir de l’ombre ceux qui ont le plus de mérite, ceux qui aident des communautés défavorisées tous les jours, sans subvention, aide ou reconnaissance.

 

Quelles qualités doit avoir un entrepreneur ?
Valérie Demay :Un entrepreneur doit être curieux et se remettre en question. Je dirai même que c’est ce qui fait tout l’intérêt de entrepreneuriat, ce perpétuel apprentissage et la variété des tâches à accomplir.

 

Quelle ambition ?

Valérie Demay : Notre ambition est que le tourisme solidaire ne soit plus une activité additionnelle quand on voyage mais devienne la norme, que les barrières tombent, que les gens partagent librement.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *