Start-up de la semaine : CashmyFlight, l’assistant juridique sur Messenger

i-tourisme

La « Startup » de la semaine braque chaque vendredi ses projecteurs sur une jeune pousse innovante, proposant un concept nouveau et/ou une nouvelle approche d’une thématique tourisme ou loisirs. Aujourd’hui, focus sur CashmyFlight, un bot spécialisé sur le droit des passagers aériens. 

 

Quel est le concept initial ? 

CashmyFlight Bot est un assistant spécialisé sur le droit des passagers aériens accessible depuis Messenger. Il permet de connaître ses droits et lancer une démarche automatiquement en quelques minutes en cas d’éligibilité à une indemnisation suite à un retard ou une annulation de son vol.

 

Quel « plus » pour le tourisme ?

Ce bot est l’outil pratique des voyageurs et des professionnels du tourisme. Le chat avec notre robot est accessible très facilement depuis mobile et permet d’agir en quelques minutes dès la sortie de l’avion.

 

Quel est le cœur de cible ?

Nous visons particulièrement les étudiants, un public dans lequel nous nous reconnaissons bien : connectés, habitués des voyages, et dotés de budgets serrés pour leurs vacances.

 

Quel est votre élément différenciant ? 

A la différence des acteurs de ce secteur, nous sommes les seuls à proposer un service directement accessible sur la messagerie instantanée la plus téléchargée : Messenger (Facebook). L’intelligence artificielle de notre robot permet également de proposer une vraie expérience de conversation simple, ludique et rapide pour échanger sur son problème d’avion.

 

 

Quel est le marché potentiel ? 

500 000 passagers français par an pourraient bénéficier d’une indemnisation, mais seul 10% agissent aujourd’hui.

 

Quel est le business model ?

Nous travaillons avec un des acteurs du secteur (WeClaim) afin de proposer un service de recouvrement assuré par des professionnels spécialisés et habitués aux négociations avec les compagnies. Nous percevons une partie de la commission prélevée  (25%)  par notre partenaire lors du versement de l’indemnisation. Notre service d’information est 100% gratuit.

 

Faites-vous partie d’un incubateur ? 

Nous sommes actuellement en phase de recrutement auprès de certains incubateurs parisiens que nous aimons beaucoup.

 

Où en est le lancement  de votre start-up ? 

Nous avons lancé notre service il y a trois semaines et avons eu plus de 700 utilisateurs ainsi qu’une quarantaine de démarches lancées. Nous avançons pour l’instant grâce à l’autofinancement, nous chercherons des fonds à la seule et unique condition de maintenir notre croissance ces prochains mois.

 

Cherchez-vous actuellement des financements ?

Non, pas pour le moment.

 

Une actualité à annoncer ?

Justinien est l’entreprise derrière Cashmyflight Bot. Nous voulons faciliter l’accès au droit des particuliers grâce à nos legalbots. Nous allons lancer un second service en octobre 2018 cette fois ci pour aider les victimes de harcèlements et de violences à connaitre leurs droits et prendre contact avec une association de victimes adaptée. Nous préparons également d’autres solutions pour aider les justiciables sur leurs petits problèmes juridiques du quotidien, mais c’est encore secret…

 

 

Et l’équipe ?

Nous sommes trois jeunes fondateurs :  Basile (CTO), ingénieur INSA Lyon et développeur web, Louis-Marie (Product Manager) doctorant en droit des affaires et titulaire du CAPA et moi, Quentin Moreau (CEO) diplômé ESCP et élève-avocat à l’EFB.

 

Le « + » de l’info

Ce qui vous a donné envie d’entreprendre ?

Quentin Moreau : Tout est parti d’un constat : les gens sont souvent fâchés avec le droit et ont donc moins confiance dans les services juridiques. Nous avons eu envie de nous mobiliser pour concevoir de nouveaux outils en phase avec les besoins des particuliers qui utilisent maintenant le web pour trouver une solution. En tant que futurs avocats, nous avons un rôle à jouer auprès du public pour faciliter l’accès à la justice. Nous avons donc appris à coder pour concevoir ce premier outil sur un thème qui nous concerne tous.

 

Quelles qualités doit avoir un entrepreneur ?

Quentin Moreau : Je pense qu’un entrepreneur n’a pas de qualité innée si ce n’est une vraie passion pour son projet. Il s’agit ensuite d’apprendre à entreprendre en faisant preuve d’acharnement pour atteindre ses objectifs avec les quelques ressources dont il dispose pour commencer, c’est-à-dire une équipe soudée et motivée !

 

Quelle ambition ?

Quentin Moreau : Nous voulons que les legalbots de Justinien deviennent la solution de référence lorsqu’on a un problème de droit. Nous voulons faciliter l’accès à tous types de services juridiques en construisant des robots juristes expérimentés pour raisonner sur des problèmes et informer simplement.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *