#VEM9 : KAYAK annonce une année 2018 mobile first

i-tourisme

Depuis sa création en 2004, le moteur de recherches 100% dédié au voyage ne cesse d’innover et de se renouveler. Avec l’arrivée des GAFA, le marché des moteurs de recherches est devenu de plus en plus concurrentiel et demande à chaque entreprise de savoir se démarquer. Rencontre et entretien avec John-Lee Saez, Directeur Régional France, Espagne, Autriche chez KAYAK à l’occasion de la 9e édition du salon VEM. 

 

i-tourisme : Comment se positionne KAYAK aujourd’hui sur le marché européen ?

John-Lee Saez : Avec le rachat de Momondo et Cheapflights en 2017, le groupe Priceline (auquel appartement KAYAK) a clairement affiché ses nouvelles ambitions pour le marché européen, notamment dans les pays nordiques. L’objectif est de rapprocher la culture européenne de la culture américaine afin de devenir les numéros 1 sur l’ensemble du continent. Actuellement nous sommes leader en France et dans le top 3 au Royaume-Uni. Ce qui nous manquait jusqu’à présent c’était une vraie présence dans les pays nordiques, grâce à Momondo et Cheapflights désormais nous l’avons.

 

i-tourisme : Quelles nouveautés technologiques avez-vous mis en place sur vos plateformes pour contrer la concurrence des GAFA, notamment Google ?

John-Lee Saez : Nous avons une application mobile qui fonctionne très bien et qui est très importante pour KAYAK. En parallèle, nous avons développé plusieurs outils sur le site dont Explore, un outil inspirationnel via un Map monde avec différents filtres ou bien encore Trips, un assistant virtuel pour les voyageurs. Nous travaillons également en continu sur la simplification du parcours client afin d’améliorer le taux de conversion.

 

« Le mobile représente 1/3 de notre trafic »

 

i-tourisme : Un écran en particulier passe en priorité ?

John-Lee Saez : Le mobile assurément. Aujourd’hui, il représente 1/3 de notre trafic et ce chiffre ne va faire qu’augmenter dans les années à venir. Pour nous, le mobile est notre priorité absolue, notamment pour la réservation. Nous ne voulons plus que cet écran soit majoritairement utilisé pour de la recherche ou de l’information mais pour les réservations, et cela passe par un parcours de réservation ultra-simplifié.

 

i-tourisme : La concurrence, notamment avec Google Flight vous inquiète-t-elle ?

John-Lee Saez : Google est un moteur de recherches, pas un comparateur. On ne s’improvise pas comparateur ou moteur de recherches spécialisé dans le voyage du jour au lendemain. Nous, nous avons fait le pari de la technologie et nous développons des codes tous les jours afin d’améliorer nos fonctionnalités, c’est ce qui fait notre force. Nous sommes 100% dédiés au marché du voyage, contrairement à Google. De plus, il leur manque du contenu puisque, contrairement à KAYAK, ils n’utilisent que les données tarifs des GDS et non celles des agences de voyages, ce qui, en Europe, est impensable. Nous avons les deux.

 

i-tourisme :  De façon plus globale quels sont vos objectifs pour les années à venir ?

John-Lee Saez : L’expansion à l’internationale, notamment en Amérique du sud et l’Asie Pacifique est un de nos objectifs premiers. En Europe, trouver des synergies et les optimiser avec les équipes de Momondo et Cheapflights puisque suite à ces rachats nous avons plus que doublé nos effectifs.

Côté marketing, rattraper notre retard sur les réseaux sociaux et être présent aussi bien à la télévision que sur des écrans d’ordinateurs.

 

 

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *