Agences, campings ou musées surfent sur la vague Pokémon Go

Institutions

Alors qu’une commune française, Bressolles, veut interdire les Pokémon, office de tourisme, camping, agences de voyages ou encore musée ont compris que ce jeu pouvait les aider à attirer les visiteurs.On aime ou n’aime pas mais les faits sont têtus : le jeu Pokémon Go bat des records de téléchargement. Certains professionnels du tourisme ont vite compris qu’il y avait des opportunités à saisir. Ainsi, en  en Espagne, une agence de voyages recrute des joueurs pour en faire des guides et ainsi commercialiser de circuits. Aux Etats-Unis, un safari Pokemon Go comprenant 11 nuitées pour 1 695 euros est commercialisé alors qu’en France de nombreux campings utilisent le jeu comme vecteur de communication. On peut aussi citer l’office de tourisme de Rouen qui promet aux joueurs de pouvoir "capturer des "Miaouss" rue du Gros-Horloge, des "Carapuce" dans le square Verdrel, des "Roucool" près du Centre Commercial Saint-Sever ou encore des "Lippoutous" sur les quais de Seine". Certains lieux touristiques jouent de leur statut de Pokéstop qui permet aux joueurs de se recharger en munitions afin pouvoir enrichir sa gibecière (Pokédex) de Pikachu et consorts. Chaque Pokéstop est de plus nommé par l'application et parfois accomagné d'une explication touristique. Ainsi, le "Museum of London" et le "Museum of London Docklands" ont activé des modules-leurres – c'est une fonction du jeu –  afin d'attirer des Pokemon et donc des visiteurs. La palme de l’opportunisme revient peut être à CheckMyBus qui a publié le classement des villes françaises où l’on trouve des Pokémon rares. Et de délivrer ce conseil :"Si vous habitez dans une ville du bas du classement, prenez simplement l’autocar pour vous rendre à petit prix à Nantes ou Strasbourg", là, où, évidemment, les Pokémon passent leur été. Une idée qui n’est pas une première. Dès le lancement du jeu, l’agence Weekendesk avait lancé le même type de carte pour promouvoir ses destinations. Pourquoi s'en priver.

Publié par La Rédaction

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *