Agences : gare au surendettement !

Institutions

L’étude part de l’analyse d’une base de données de 485 points de vente.
221 d’entre eux auraient vu leurs dettes s’accroître de 161 % en 3 ans.
La faiblesse des taux d’intérêt peut, en partie, expliquer le phénomène.
Les Français – toute la presse s’en est fait l’écho ces dernières semaines – sont de plus en plus endettés. Le nombre de ménages flirtant avec le surendettement connaît une telle croissance que les autorités ont concocté une loi permettant aux particuliers de se placer en faillite personnelle. Parallèlement, la situation des entreprises n’est guère plus brillante. Ainsi, le cabinet britannique Plimsoll Publishing vient de publier une étude portant sur l’endettement des agences françaises. Rappelons que Plimsoll (*) commercialise des analyses financières et commerciales sur les entreprises (www.plimsollpublishing.com). La base de données « agences de voyages françaises » de Plimsoll regroupe quelques 485 société (soit, si on part du principe qu’il y a environs 5 000 points de vente en France, 10 % des agences françaises). Or, d’après le cabinet d’étude, 46 % de ces agences se sont progressivement endettées ces 3 dernières années. Plus précisément, il apparaît que 221 de ces 485 agences ont vu leurs dettes augmenter de 161 % en 36 mois. Ce qui fait dire à Jean Baxe, analyste chez Plimsoll, que « la santé financière d’une entreprise peut paraître faussement bonne si on se contente de l’observer en surface ». De fait, pour ces agences, la dette pèserait aujourd’hui 2 % des ventes. De quoi compromettre très sérieusement la rentabilité ! D’ailleurs, toujours selon l’étude, 46 sociétés du portefeuille Plimsoll seraient tellement endettées qu’elles travailleraient à perte. Il faut dire, à la décharge de ces entreprises, que d’une part les taux d’intérêts sont en ce moment particulièrement bas, au point que pour Jean Baxe « il est particulièrement tentant de travailler avec l’argent des banques », et que d’autre part l’endettement actuel « est fonction des difficultés rencontrées ces dernières années par le secteur ». Reste que les sociétés endettées sont des proies de rêve pour quiconque cherchant à se développer. D’après l’étude, un acheteur liquidant les remboursements d’intérêts d’une entreprise très endettée verrait la rentabilité de l’agence passer à 8,2 % [NDLR : un chiffre qui semble quand même très élevé].
(*) Du nom de la fameuse Plimsoll line, la ligne de flottaison en charge obligatoirement matérialisée sur les flancs des navires marchands anglais depuis 1876 pour empêcher les armateurs de surcharger les bateaux.
« Une agence qui fait des pertes peut valoir beaucoup d’argent »
Pour Michel Falga, responsable de Neveu Immo Voyages, société spécialisée dans le domaine de l’évaluation des fonds de commerce et des transactions d’agences de voyages, « cela fait environ un an que l’on observe une accélération de l’endettement des agences de voyages ». Il précise : « Depuis le seul début de l’année 2004, j’ai évalué 15 fonds de commerce dont une dizaine étaient en situation d’endettement. » Il ajoute : « Sur ces 10 points de vente, une bonne moitié étaient à la limite du surendettement. » Pour lui, il existe 3 raisons qui conduisent les agences à accroître leurs dettes. D’abord, situation économique oblige, « le volume de l’activité billetterie a globalement baissé en agences ces derniers temps, alors que les agences ont toujours les mêmes charges fixes ». Ensuite, « les marges des agences se sont érodées, principalement à cause des nouvelles politiques de rémunération des compagnies aériennes ». Enfin, il semblerait que « les agences qui ont des sociétés en compte aient tellement peur de les perdre qu’elles dépensent beaucoup d’argent pour les garder ». Par exemple en leur accordant des délais de paiement anormalement longs. Reste que pour ce spécialiste des transactions immobilières, il est vrai que cette situation est propice aux bonnes affaires : « Une agence qui fait des pertes est une agence qui vaut de l’argent, surtout si son endettement est dû à une mauvaise gestion financière. »

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *