Baromètre du Seto : un hiver négatif pour la 3ème année consécutive

Institutions

René-Marc Chikli, président du Seto, a présenté mercredi 18 juin le dernier baromètre du syndicat couvrant la période du 1er novembre 2013 au 30 avril 2014. "Une partie du budget vacances est passée dans les impôts" commente René-Marc Chikli qui ne peut que constater à nouveau sur la saison hiver 2013-14 "un recul de l'activité des TO du Seto avec toutefois une baisse en volume mais un rattrapage au niveau de la recette unitaire". Concrètement les quelque 70 membres du Seto ont fait voyager l'hiver dernier 2 459 835 clients, ce qui correspond à une baisse de l'activité (-9,4%) par rapport à la même saison de l'exercice 2012/2013. Ils ont généré un volume d'affaires de 2 039 ME, ce qui représente une baisse de 8,1%. La recette unitaire moyenne continue sa progression pour s'établir à 828 euros (+ 1,4%).
Si l'on décompose, le trafic des voyages à forfait avec 1 500 185 clients enregistre une baisse de 6,8%. La recette unitaire moyenne des voyages à forfait s'est établie à 1 118 euros en hausse de 1,6%, générant ainsi un volume d'affaires de 1 678 ME en baisse de 5,3%. Le trafic des vols secs avec 959 650 passagers enregistre une baisse de 13,2%. La recette unitaire moyenne des vols secs s'est établie à 377 euros (- 7%), générant un volume d'affaires de 362 ME en baisse de 19,3%.
Deux facteurs principaux expliquent ces résultats. Tout d'abord, le marché des TO reste difficile compte tenu des conditions socio-économiques qui pèsent sur la consommation en France. Ensuite, le trafic sur plusieurs des plus grandes destinations "historiques" de la saison hiver affiche une évolution négative dans un contexte marqué soit par une sensibilité sécuritaire de la clientèle française et/ou par l'adaptation des capacités dans le cadre de la restructuration de l'offre par plusieurs tour-opérateurs.
A noter que les trois premières destinations étrangères en trafic pour les voyages à forfait sont le Maroc (- 6,9%), les Canaries (+ 11,9%) et les Antilles françaises (- 0,6%). La France de son côté arrive toujours en première position des voyages à forfait avec 320 420 clients (-1,7%). "Les Canaries sont la grande destination de demain pour le marché français. Il y a une forte appétence pour ces îles, et on ne fait que rattraper les autres marchés européens" affirme Pascal de Izaguirre, PDG de TUI France.
Concernant les premières tendances de la saison été 2014, "en prises de commandes, nous sommes à date au même niveau que l'an dernier sur le chiffre d'affaires, et en recul de 5% concernant le trafic. L'été n'est pas encore fait" constate René-Marc Chikli. "Il y a encore beaucoup d'incertitudes pour cette saison" ajoute Pascal de Izaguirre qui concède "ne pas être dans un environnement très porteur". Les arbitrages entre opportunités commerciales et gestion des stocks constituent ainsi un enjeu de taille pour le résultat final de la saison été 2014.
A noter que le carnet de commandes du trafic sur les destinations moyen courrier affiche un bon démarrage pour Chypre (+338%), l'Italie (+36%) et l'Espagne continentale (+32%). Sont en retard par rapport à la même période de l'année dernière : la République tchèque (-37%) et l'Egypte (- 89%). "L'Egypte, il ne faut pas y croire" affirme d'ailleurs René-Marc Chikli. Pour les destinations long courrier, le carnet de commandes des TO affiche une avance de trafic vers le Brésil (+100%), le Japon (+92%) et l'Indonésie (+17%). En retard, les Antilles françaises (-30%) et la Thaïlande (-23%).

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *