Convention EDV Grand Est à Prague : La nouvelle directive des voyages à forfait passée au crible

Institutions

On a tout à gagner à participer à une convention régionale des Entreprises du Voyage Grand Est. Celle qui s’est tenue à Prague n’a pas échappé à la règle tant les interventions ont été enrichissantes et utiles à la veille de la transposition de la directive des voyages à forfait.

 

 

 

C’est Frédéric Selnet, avocat des Entreprises du Voyage, qui a sensibilisé les adhérents de l’Est de la France aux changements qui vont intervenir le 1er juillet lors de la transposition de la directive des voyages à forfait. Et même ceux qui pensaient maîtriser cette nouvelle donne juridique auront forcément appris quelque chose. Par exemple, que les « associations immatriculées n’auront plus de limite d’exercice et les transporteurs pourront  » ou encore que « le client devrait avoir l’obligation de souscrire à une assurance voyage ». Autres points qui n’ont que rarement été abordés,  « les voyages pourront être cédés à un tiers au plus tard sept jours avant le voyage, même pour les croisiéristes ». Quelques avancées néanmoins pour les agences de voyages.

 

Par exemple, il sera possible de « majorer le prix du voyage jusqu’à 20 jours avant le départ et non plus 30 jours et la hausse significative du prix est dorénavant fixée à 8% ». Il faut aussi rappeler la différence entre un voyage à forfaits et les prestations de voyages liées. Par exemple, si un site d’un transporteur met en relation le client avec un hôtel et que le client achète les prestations vols et hébergement, le voyage sera considéré comme un forfait à la seule condition que le transporteur ait fourni toutes les données du consommateur à l’hôtelier.

 

Le marathon judiciaire de New York

Le client pourra annuler en cas de « circonstances exceptionnelles inévitables » et l’agence aura 14 jours pour rembourser l’acompte. En cas de litige, le juge tranchera et la jurisprudence définira ce que sont ces « circonstances ». Et, comme l’a démontré Frédéric Selnet, on ne peut jamais rien préjuger ce qui ressortira des tribunaux. Il a pris comme exemple le marathon de New York qui avait été annulé en 2011. De nombreux clients frustrés de ne pas avoir pu courir se sont retournés contre leur agence. Les cours d’appel se sont donc demandé si la vente des dossards était un élément du forfait. La réponse des cours d’appel n’a pas été homogène : certaines ont condamné les agences, d’autres non.

Des fournisseurs mobilisés

Gilbert Kuster, président des Entreprises du Voyage Grand Est, reconnait qu’il est difficile de mobiliser les adhérents même s’il n’y a pas rougir de la participation. Dommage, parce que les fournisseurs jouent le jeu et on retient forcément quelque chose de leur intervention. Les participants auront eu une idée précise du programme des tour-opérateurs au départ des aéroports régionaux grâce aux interventions des représentants de Fram, Jet tours, FTI, TUI ou encore Luxair Tours et ceux des aéroports de EuroAurport, Metz, Strasbourg et Vatry. D’autres intervenants ont pu présenter des nouveautés. Citons celle d’April qui lance un nouveau produit « Correspondance manquée » ou encore celle d’Avis qui propose désormais aux agences de pouvoir louer via les GDS des véhicules utilitaires. Air France, Costa, Amadeus, Resaneo, Gestour, Albatravel, Western Union et l’APST ont aussi eu le temps de mettre en avant l’actualité de leurs entreprises.

Prague, tout pour le tourisme

Présente lors de la convention, la directrice de Czech Tourism à Paris, Marie Muchova a bien évidemment mis en avant les atouts de Prague au-delà des infrastructures historiques. Elle a précisé que c’était une « destination abordable » et qui était la  » sixième destination la mieux sécurisée au monde ». Elle se donne maintenant comme objectif de faire rester les touristes dans le pays en rappelant « qu’à partir de Prague, tout est à portée de main » (et de train).

 

 

Il est vrai que l’on ne s’attendait pas forcément à se retrouver avec autant de monde dans le centre historique de Prague qui, à l’inverse, semble déserté des locaux. Ce qui fait réfléchir et permet de citer Pierre Eloy, dirigeant de Touristic, entreprise spécialisée dans les solutions numériques pour les professionnels du tourisme, qui est intervenu au début de la convention,  « les destinations ne doivent pas laisser les locaux en dehors du tourisme » au risque « d’avoir le goût des tomates espagnoles qui poussent hors sol ». Ce qui n’a pas empêché tout le groupe d’apprécier à juste valeur la beauté de Prague et des animations proposées aux visiteurs  comme un dîner-croisière ou une soirée Mozart qui nous aura tous émerveillés.

Enfin, last but not least, les Tchèques sont les plus grands buveurs de bière au monde, loin devant les Allemands. Un bon argument pour se détendre sans (trop) culpabiliser après une grosse journée de marche.

Les évènements à venir

Avec le concours de TravelPro, centre de formation d’EDV et de l’APST, le Grand Est organise le 6 avril une session « relancer et défendre ses devis ».

 

Par ailleurs, le 31 mai, le syndicat conviera toutes les agences, adhérentes ou non, à participer à une formation qui aura comme thème « gagner en croissance par rapport à tout type de demande ».

Publié par Laurent Guéna

Rédacteur en chef adjoint - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.