Gilbert Leiber est le nouveau président élu du Snav Est

Institutions

Fermeté sur le paracommercialisme.
Formation de vente les 29 et 30 mars.
Gilbert Leiber, le PDG de Starter et des Voyages Lesage, est le nouveau président du Snav Est. Il succède à André Pauli, aux rênes de la chambre syndicale régionale depuis plus de vingt ans. Pour Gilbert Leiber, le mot d’ordre est clair : « Il faut se remettre en question, combler le déficit d’image de la profession auprès du public, donc être présent. » Deux vice-présidences de « proximité » y aideront. L’une, pour l’Alsace, revient à Françoise Revil Blot (Points Cardinaux), l’autre, lorraine, à François Piot (Prêt à Partir). Justin Striby (Luxair France) est réélu trésorier et Didier Ouaknine secrétaire général. Ce souci de « crédibiliser la profession » s’est largement exprimé lors de l’assemblée générale annuelle organisée à Strasbourg le 4 mars dernier et dont « la lutte contre le paracommercialisme » a constitué un point fort. En 2004, pas moins de six dossiers ont mobilisé l’énergie du Snav Est et renforcé sa conviction de « faire respecter la réglementation y compris dans les salons qui accueillent des gens n’exerçant pas dans la légalité », signale Didier Ouaknine, en charge de ce dossier sensible. « On aurait pu penser qu’au fil des ans, la tendance évoluerait favorablement, or les dossiers sont de plus en plus nombreux », précise-t-il encore, en concluant avec fermeté : « à chacun les mêmes droits et les mêmes devoirs ». La formation préoccupe aussi le Snav Est. « Elle suscite moins d’intérêt cette année que dans le passé, résume Eliane Mas-Bernardin. Et ce contre toute attente, à l’heure des actuelles remises en cause de la profession. » Le manque d’enthousiasme ne ralentit pas les ardeurs du Snav Est qui propose ainsi les 29 et 30 mars prochain un stage « savoir vendre ses services ». « Nous ne baisserons pas la garde dans ce domaine-là. C’est notre fer de lance », ajoute Eliane Mas-Bernardin qui annonce l’organisation de nouveaux stages pour le second semestre 2005. « Notre syndicat doit accompagner les changements (Internet, frais de dossier…) »,, conclut André Pauli qui, élu président d’honneur, entend bien, lui aussi, rester actif pour la profession.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *