Le Snav Côte d’Azur brandit le flambeau de la révolte contre le projet de réforme

Institutions

Le Syndicat national des agences de voyages de la Côte d’Azur vient d’adresser une lettre « motion » dans laquelle elle condamne le projet de réforme de la loi de 1992 qui permettrait l’attribution d’une licence d’agents de voyages à des associations. « Cette motion est parfaitement justifiée, les associations n’ont absolument pas les mêmes contraintes comptables et juridiques, ni les mêmes obligations vis-à-vis des clients comme la caution, précise Janie Bousquet-Jacquemin de Grand Large Voyages. C’est une concurrence déloyale vis-à-vis des agences de voyages. ». « Cette révision de la loi se fait sans concertation, complète Daniel Hézard, vice-président du Snav Côte d’Azur et directeur d’une agence à Juan-les-Pins. Les associations ne tiennent pas de comptabilité, ne sont pas soumises au paiement de la TVA. On ne joue pas dans le même domaine et aucune autre profession n’accepterait une telle initiative. Si la loi passe, on n’aura plus comme solution que de quitter le statut de société pour adopter le statut associatif avec les conséquences que cela pourrait avoir en termes d’emploi. » Solution que soutient de son côté Jean-Yves Pesini de MC2-Afat Voyages à Sophia Antipolis. « On ne peut accepter aujourd’hui une telle concurrence alors que notre profession est déjà soumise à de nouveaux défis comme la suppression des commissions versées par les compagnies aériennes ou le développement direct de la vente sur Internet, témoigne de son côté Gilles Stallins de Nice Voyages (Nice et Carros). N’oublions pas qu’aux États-Unis le taux zéro de commission a déjà entraîné la fermeture de 25 % des agences. Nous sommes d’ailleurs le seul métier où c’est le fournisseur qui dicte ses conditions. »

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *