Le Snav signe avec les Chèques-Vacances

Institutions

Pouvoir créer du trafic dans toutes les agences de voyages.
Un moyen de paiement pour des voyages dans toute l’Europe.
Permettre aux salariés des agences d’obtenir des chèques-vacances.
“Cela aurait déjà dû être fait depuis longtemps”, s’est exclamé César Balderacchi, lors de la signature de la convention de partenariat qui unit depuis mardi 16 mars le syndicat qu’il préside à l’Agence nationale pour les chèques-vacances ( Ancv), représentée par son président Raymond-Max Aubert. Grâce aux efforts de communication que doivent fournir les deux organismes, les possesseurs de chèques-vacances – plus de six millions de bénéficiaires directs et indirects utilisent ce chèque tout au long de l’année – devraient se rendre plus nombreux dans les agences de voyages pour financer leurs déplacements avec ce titre de paiement. En effet, non seulement ce titre est valable pour les voyages en France et dans les Dom-Tom mais, de plus, il est possible de les utiliser pour tous les déplacements au sein de l’Union européenne. En outre, le poste “voyage, transport, hébergement” est celui qui bénéficie en premier lieu de la manne des chèques-vacances devant la restauration et les loisirs sportifs. “Avec cet accord, nous allons mettre un accent particulier sur l’outre-mer”, précise Raymond-Max Aubert. Surtout, il devrait permettre à l’organisme de recruter de nouveaux adhérents. Seules, en effet, 40 % des agences de voyages acceptent ce moyen de paiement. Un frein, peut-être, à ce développement : une commission de 1% à reverser à l’organisme et une gestion administrative qui peut prendre un peu de temps. Mais qui aujourd’hui peut refuser des clients ? Autre point : permettre aux salariés des agences de voyages d’obtenir des chèques-vacances. Rappelons que les salariés, depuis 2000, peuvent bénéficier de cet avantage social même s’ils travaillent dans des PME de moins de 50 salariés. Enfin, on peut ajouter qu’en 2003 le montant total de chèques-vacances émis a atteint la somme de 842 millions d’euros, soit une progression de 13,7 % par rapport à 2002.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *