Le Snav veut enrayer le « tsunami » Google

Institutions

La commission "voyage connecté" présidée par Frédéric Vanhoutte a associé le Snav à la coalition OIP (l’Open Internet Project) qui lutte notamment contre Google.Afin d’appuyer la démarche des éditeurs européens dans la veille d’abus de position dominante de Google, le Snav rejoint l’alliance l’OIP via sa commission "voyage connecté". L’Open Internet Project réunit plus de 400 acteurs du monde numérique ayant la volonté commune de défendre leurs intérêts vis-à-vis de colosses du web. Rappelons que la coalition a récemment annoncé avoir lancé une action juridique sollicitant de la Commission européenne qu’elle mette un terme aux abus liés à la position dominante et au monopole de Google. La survie d’entreprises numériques innovantes, créatrices d’emplois dans tous les pays de l’UE est en jeu. Pour Frédéric Vanhoutte, "le tsunami de Google arrive. On peut probablement l’enrayer. Il est impossible à arrêter. Néanmoins, nous devons éviter les autres vagues probables (Amazon, Apple, Facebook…) et alerter le plus grand nombre des précautions à prendre et partager, avec d’autres industries, les recommandations pour la défense d’un avenir marchand loyal, sans omettre le respect de nos libertés individuelles". Pour Jean-Pierre Mas, président du Snav, "tous les institutionnels représentant des entreprises concernées doivent s’engager pour cette cause". 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *