Le Snet part à la découverte de la Costa de La Luz

Institutions

4 jours pour mieux connaître la côte atlantique espagnole.
Thème abordé : comment fidéliser et motiver ses salariés.
Appréhender la montée du consumérisme et l’outil Internet.
Quelque 100 participants sont attendus pour le prochain Printemps de l’autocar du Snet qui se déroulera du 1er au 4 avril 2005 en Espagne. Le choix de la destination, la Costa de La Luz, n’est pas innocent. « Cette côte n’est pas aussi connue des autocaristes français que la Costa Brava, souligne Thierry Schidler, président du Snet. Si des villes comme Cadix ou Séville sont célèbres, Jerez est à découvrir ». L’OT espagnol a travaillé étroitement avec le syndicat à la préparation de ce congrès. « Les autocaristes sont une filière très importante pour l’Espagne, précise Jaime-Axel Ruiz, directeur de l’office. Nous allons associer les municipalités à l’événement pour qu’elles comprennent qu’elles ont tout à gagner à mieux accueillir les autocaristes. » Et d’ajouter : « Il faut concilier la protection du patrimoine des villes et les besoins des autocaristes. » Thierry Schidler renchérit : « De manière générale, les villes ne font pas la part belle aux autocars. » Comme à chaque fois, le Printemps de l’autocar sera l’occasion d’aborder les problématiques des professionnels. « Il a fallu faire des choix », explique Thierry Schidler. Le premier thème, « La motivation, clef du recrutement et facteur de fidélisation des salariés », devrait particulièrement intéresser les chefs d’entreprise présents. « Cela concerne autant les conducteurs que les cadres. » Le formateur Yves Kerjean (groupe Force 5) animera ce « vaste sujet ». Le deuxième thème, « Quel avenir pour le tourisme en autocar face un environnement changeant? », sera éclairé par une première intervention de la sociologue Ana Bauer. Et, compte tenu de la progression des achats en ligne, Frédéric Van Houtte (Level.com) donnera des pistes aux autocaristes pour préparer des sites Internet. Enfin, l’APS, en s’appuyant sur les rapports réalisés par l’observatoire des litiges et réclamations, cherchera à expliquer « comment améliorer sa stratégie pour répondre à la montée du consumérisme ».
Harmoniser les charges fiscales et sociales
C’est un dossier qui agace sérieusement Thierry Schidler : les différences notables qui existent sur les montants des charges sociales et fiscales entre la France et les pays européens. « Parmi les multiples conséquences, on note un phénomène de fuite de main-d’œuvre française (conducteurs) vers les entreprises frontalières qui proposent des salaires plus élevés. Ces entreprises captent aussi la clientèle traditionnelle des sociétés françaises de tourisme en autocar en pratiquant des tarifs inférieurs tout en générant une marge importante. » Le Snet mène actuellement une action de lobbying pour obtenir de l’État, comme cela s’est passé pour les buralistes, une démarche officielle auprès de la Commission européenne afin d’obtenir une convergence des niveaux de taxations intra-européens.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *