Les cinq vœux de Lionel Rabiet, président des Entreprises du Voyage Ile-de-France

Institutions

A l’occasion des vœux des Entreprises du Voyage Ile-de-France, Lionel Rabiet, président de la chambre syndicale, a formulé cinq souhaits pour 2019.

C’est dans les salons de l’ambassade de la République Dominique que Lionel Rabiet, président des EDV Ile-de-France, a reçu les adhérents et partenaires de la chambre syndicale pour fêter ce début d’année. A cette occasion, il a formulé cinq vœux.

  • « Le premier évidemment est que notre direction nationale des EDV emmenée par Jean Pierre Mas et Valérie Boned continue avec notre appui à défendre nos intérêts au niveau national avec succès. L’imagination de nos gouvernants en terme de taxes et de réglementation est sans limites. Il y aussi le sujet de la tourismophobie et de la défense de l’environnement où nous sommes en première ligne.
  • Le second concerne la formation. C’est un enjeu fondamental pour notre profession. Je souhaite que tous les chefs d’entreprise ici présents consacrent un budget plus important à la formation de leur personnel et aussi à la leur. Notre profession change, évolue très vite. Les nouvelles façons de vendre, de communiquer, de travailler sont là. Les nouvelles technologies sont de plus en plus essentielles.  Il existe de nombreux organismes comme TravelPro. L’Etat prend en charge de nombreuses formations mais encore faut-il faire les démarches.
  • Le troisième voeu concerne les médias de notre profession. Il a toujours été de bon ton de critiquer la presse en général, les journalistes en particulier. C’est vraiment dans l’air du temps et la crise des gilets jaunes n’a fait qu’amplifier ce phénomène.  La bonne nouvelle, pour ceux qui critiquent, c’est que la presse est en train de disparaître. C’est vrai dans la presse grand public et ça l’est aussi dans la presse professionnelle. La faute à des audiences qui vont sur le web où la monétisation des audiences est bien plus difficile du fait de la culture du gratuit , la faute à des annonceurs qui déplacent leur investissement publicitaire depuis les marques médias presse ou online vers les Google ou Facebook (85% de la pub online). Maintenant, imaginons notre profession sans Tour Hebdo, sans le Quotidien du Tourisme, sans l’Echo Touristique, sans Tourmag (car oui les sites internet eux aussi  peuvent mourir).  Ce serait pas terrible, non ? Il resterait Google ou Facebook pour communiquer entre nous…. bof … bof… Dans un univers professionnel comme le notre, c’est à nous « lecteurs » ou annonceurs d’aider nos médias en nous abonnant ou en faisant de la publicité quand on en a les moyens. En aidant la presse BtoB, nous nous aidons. Voici le 3e voeu que je forme pour 2019.
  • Mon quatrième voeu , je pense que vous l’avez deviné, c’est que nous soyons le plus nombreux possible en Laponie. Et pour ceux qui ne viennent pas, j’attends des mots d’excuse crédibles !
  • Enfin, mon cinquième voeu, et celui là je suis sur qu’il va se réaliser,  c’est que l’un d’entre vous gagne un voyage pour 2 en République  Dominicaine ».

Vœu effectivement exaucé : c’est la carte de visite d’Eric Khamzy (CFA Voyages) qui a été tirée au sort.

 

Publié par Laurent Guéna

Rédacteur en chef adjoint - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. Bravo Président pour ces voeux et merci Lionel pour ces propos si lucides concernant la presse et particulièrement la presse professionnelle. Tu ferrais un bon président de syndicat de presse. Merci

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *