Les Entreprises du Voyage s’adressent aux candidats à l’élection présidentielle

Institutions

A moins de deux semaines du premier tour de l’élection présidentielles, les Entreprises du Voyage interpellent les candidats avec un document de synthèse sur le secteur du tourisme qui, selon Jean-Pierre Mas, président du syndicat, « ne relève ni de la spontanéité ni du naturel ».

Premier thème : la France et les Français. Comment, déjà, « passer du 3e au 1er rang mondial pour les recettes touristiques ». Pour les Entreprises du Voyage, il faut « un aménagement touristique du territoire ambitieux et cohérent » en « écrasant le millefeuille de compétence touristique (6 tranches et la jungle des labels » au profit « d’Atout France à qui il faut donner les moyens de coordonner et mettre en en œuvre une promotion efficace de la France ». Autre proposition, « développer les points d’accès au territoire avec des droits de trafic aéroport de province, faire monter en qualité et en compétitivité le tourisme dans les DOM TOM et faciliter l’ouverture des commerces le dimanche dans les zones touristiques ». Développer l’ADN de l’accueil, « les visiteurs étrangers qui arrivent en France par Roissy empruntent une liaison tiers-mondiste entre l’aéroport et l’accueil » et favoriser « une sécurité non-anxiogène sont aussi des priorités ».

Ensuite, comment favoriser le départ des Français en vacances. Il faut « accroire le recours aux chèques-vacances par les salariés des entreprises de moins de 50 salariés », « étaler les vacances dans le temps » et « renoncer à assujettir aux prélèvements sociaux les aides aux vacances versées par les comités d’entreprise aux salariés ».

 

Deuxième thème : les entreprises et l’emploi. Pour les Entreprises du Voyage, il faut accompagner les entreprises en matière de transition numérique. Proposition : « créer un crédit d’impôt « investissement numérique » pour les TPE/PME », « mieux intégrer la dimension numérique dans la formation initiale aux métiers du tourisme » et « favoriser l’essor de financements innovants et accessibles pour accélérer la digitalisation ». Il faut aussi réglementer l’activité des moteurs de recherche en « scindant, au niveau européen, les services commerciaux de Google et les activités de son moteur de recherche ». Le syndicat réclame aussi une « réforme du régime de la TVA sur la marge applicable aux réceptifs ». Enfin, il faut aussi « faciliter et accompagner les transmissions d’entreprises » en « allégeant les prélèvements sociaux sur les plus-values de cession » ou encore en « rendant plus attractif le régime fiscal en cas de cession de l’entreprise aux salariés ».

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *