Les producteurs de groupe veulent se faire entendre

Institutions

La famille compte aujourd’hui 50 licences et cherche toujours à recruter.
Étape : trouver une solution pour connaître le poids économique du secteur.
Faire valoir sa légitimité à donner des avis sur telle ou telle destination.
Les producteurs de groupes et voyages spécifiques ont tenu jeudi dernier leur assemblée générale avant un éventuel retour dans la famille des TO au sein du Snav. Trois ans après la création de la famille, Dominique Vaucy, réélu président, peut se satisfaire de comptabiliser aujourd’hui 50 licences. Un chiffre qui pourrait vite augmenter comme peut en témoigner la présence de CTS Voyages (agence de voyages spécialisée pour les jeunes et les étudiants) invitée pour observer le fonctionnement de l’organisation avant une éventuelle adhésion. A ce propos, il a été décidé que la cotisation d’un montant de 75 euros serait valable deux ans pour les nouveaux adhérents. Toujours dans cette optique de recrutement, l’action la plus coûteuse de l’année 2003 aura été la réalisation d’une plaquette qui explique le rôle des producteurs de groupe. En somme, cette « échappée solitaire » à la suite du départ de la famille des « TO producteurs » aura été profitable pour la représentativité de cette activité même si des chantiers restent à accomplir. Le premier, sans doute le plus important, est d’évaluer le poids économique de ce secteur d’activité. Sollicitée, l’APS s’est dite prête à aider les producteurs de groupe dans cette mission. L’objectif, bien entendu, arriver avec des chiffres fiables pour pouvoir mieux se faire entendre dans le cadre syndical. On sait que les producteurs de groupe ont pu se montrer quelque peu agacés lors de la crise du Sras de déclarations de tel ou tel tour-opérateur dont ils contestent la légitimité sur les destinations si l’on prend en compte les volumes réalisés. Même chose pour la grippe aviaire qui, d’évidence, n’est pas neutre dans l’activité des producteurs de groupe. Enfin, lors de l’assemblée générale, les élus ont pu s’étonner de l’attitude de « la SNCF qui continue à nous refuser des réservations de groupe – y compris au tarif fort – pour constater des trains vides le jour du départ ».

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *