Ministre du Tourisme: Jean-Pierre Mas a déjà la feuille de route

Institutions

VIDEO – Le président des Entreprises du Voyage a livré une liste des 12 travaux auxquels le futur ministre du Tourisme devrait s’atteler. Lors de la soirée des Victoires du Tourisme, Jean-Pierre Mas a déroulé les sujets qu’il souhaite évoquer avec Jean-Yves Le Drian, ministre de tutelle. Voici ce qu’il a énoncé devant un parterre de professionnels du tourisme le 31 mai dernier.

 

 

« (…)  ce que je dirai à Jean-Yves Le Drian, en charge du tourisme, lors de notre premier entretien:

Prioritairement, je lui ferai part de ma satisfaction de voir le tourisme rattaché au Ministère des Affaires Etrangères et lui suggérerai de reproduire le modèle gagnant-gagnant de Laurent Fabius et Matthias Fekl : un ministre impliqué et un secrétaire d’État appliqué.

 

 

Puis j’aborderai trois thèmes : les entreprises, les Français et la France.

Je lui parlerai en premier lieu des entreprises et lui demanderai :

-D’arbitrer clairement en faveur de la sortie de la responsabilité de plein droit, des agences de voyages afin que la réglementation française ne soit pas plus contraignante que la Directive européenne sur les voyages à forfait. Cette responsabilité de plein droit renchérit le prix des voyages vendus en France, nuit à notre compétitivité et risque de faire fuir les assureurs de notre secteur.

-De lancer un missile dans la fourmilière de IATA qui abuse sans retenue de sa situation de position dominante.

-De décongeler la formation afin de l’adapter à la diversité des besoins des entreprises en favorisant les solutions expérimentales. Près d’un Français sur cinq de moins de 30 ans n’a ni emploi ni formation qualifiante alors qu’en même temps nous n’arrivons pas à répondre aux besoins de recrutement de notre secteur. Ne vaudrait-il pas mieux alléger les charges sociales des entreprises qui présentent un solde positif d’emplois que financer des allocations chômage ou des formations inadaptées?

-Pour l’activité de réceptif, de cesser de pénaliser en matière de TVA les entreprises françaises qui créent des emplois par rapport aux entreprises étrangères qui les délocalisent.

 

 

Je lui dirai ensuite qu’il est impératif de faciliter le départ en vacances des français.

-En élargissant l’usage des chèques vacances

-En abandonnant définitivement le projet de soumettre aux charges sociales les aides aux vacances attribuées par les comités d’entreprises.

-En veillant à ce que l’étalement des vacances, qui les rend plus accessibles, ne se traduise pas par des débuts et fins de vacances en milieu de semaine.

 

 

Enfin, je lui parlerai du pays :

Je lui rappellerai que, contrairement à une idée reçue, le tourisme est délocalisable, que 80 touristes supplémentaires c’est un emploi créé et que la France perd des parts de marché par rapport à ses concurrents.

Il est, à mon sens, impératif :

-D’insuffler aux professionnels et à l’ensemble des français l’ADN de l’accueil.

-D’améliorer vite la tiers-mondiste relation CDG – Paris.

-De s’assurer que les démarches écologiques et environnementales de Paris et des grandes villes ne deviennent pas répulsives et demeurent compatibles avec un accueil fluide des touristes.

-De garantir la sécurité tout en levant l’état d’urgence particulièrement anxiogène pour les visiteurs asiatiques et nord-américains.

D’aller chercher avec les dents un budget de promotion de la France à la hauteur de nos ambitions. Aujourd’hui le budget du tourisme français est inférieur à un euro par visiteur, alors qu’il est de près de cinq euros en Espagne.

 

 

En résumé, j’essayerai de convaincre Jean-Yves Le Drian que lorsque le tourisme gagne, c’est l’économie qui gagne, c’est l’emploi qui gagne.

Lorsque le tourisme gagne, c’est la France qui gagne. »

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. Parmi les 12 travaux préconisés par Jean Pierre MAS, figure le mode de calcul de la TVA sur la marge qui pénalise les réceptifs. les réceptifs vous remercient de cette attention.
    La FRENCH DMC ASSOCIATION souhaite mettre sur la table de nombreux autres points spécifiques qui manquent aux DMC tel que la visibilité internationale, la représentativité auprès des institutions françaises et européennes, le soutien des ambassades françaises à l’étranger ainsi que celui des bureaux internationaux d’Atout France pour aller chercher les émetteurs internationaux et leur donner envie d’envoyer plus de clients vers toutes nos régions, toutes nos niches touristiques, pendant plus longtemps… toute la filière doit se mobiliser autour du tourisme réceptif et soutenir l’initiative de la FRENCH DMC ASSOCIATION.
    http://www.french-dmc-association.com

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *