Réforme de la loi de 92 : victoire du bon sens pour l’APS

Institutions

Ne pas faire de triomphalisme.
Se battre sur d’autres sujets.
Pas de licence pour les associations. Olivier Delaire, président de l’APS, qui a milité pour « ne pas brader le statut d’entrepreneur », ne veut surtout pas faire de triomphalisme. Il évoque simplement « l’intelligence des pouvoirs publics » et parle d’une victoire « du bon sens » et de celle « de la profession ». Pour Richard Vainopoulos, président de Tourcom, « c’est la logique même ». Il estime que le combat qu’il a mené dans le cadre du Collectif 92, référendum à l’appui, ainsi que celui de l’APS ont porté leurs fruits. « Sinon, la proposition du Snav serait passée comme une lettre à la poste. » Pour Richard Vainopoulos, il n’est pas surprenant que l’article 23 relatif à la responsabilité n’ait pas été réformé. Il estime néanmoins qu’il faut maintenant « abattre les murs des transporteurs aériens » malgré la puissance de leur lobbying. Pour qu’une petite agence de voyages puisse « appeler sans difficultés en garantie une compagnie aérienne en cas de défaillance de celle-ci ». Pour Olivier Delaire, une page est tournée et il s’agit maintenant de se bagarrer ensemble sur des sujets tels les « baisses des commissions, les ventes sur Internet ou la responsabilité ». Il se félicite ainsi des résultats de la journée du Snav organisée le 5 mai dernier autour de la commission zéro. L’exclusion de la billetterie sèche de l’assiette de calcul de la garantie financière qui a été obtenue fait partie de ces victoires communes à la profession.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *