Taxes sur les aides aux vacances : les Entreprises du Voyage appellent à se mobiliser

Institutions

Les Entreprises du Voyage alertent leurs membres sur les conséquences extrêmement négatives de l’article 7bis (nouveau) du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2019 qui vient d’être adopté par l’Assemblée Nationale en première lecture.

Le syndicat l’affirme : « Si le texte devait être adopté en l’état par le Sénat, les conséquences seraient lourdes pour les entreprises du fait de la baisse de 50% du budget des Comités d’Entreprise. »

Les professionnels du tourisme (EdV, Seto, Unosel, CEAG) s’opposent à cette mesure, qui n’a fait l’objet d’aucune étude préalable, et dont ils demandent la suppression].

Dans ce contexte, EdV appelle à la mobilisation de ses membres pour alerter leurs élus.

Ils sont appelés à utiliser les moyens mis à leur disposition :

1/ Saisir députés et sénateurs afin qu’ils interpellent le Gouvernement pour demander la suppression de cet amendement au profit de l’ouverture d’une concertation avec les pouvoirs publics au moyen du courrier type ci-joint.

2/ Signer et faire circuler une pétition en ligne créée avec le Seto, l’Unosel et le CEAG, « à diffuser au plus grand nombre ».

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (3)

  1. Bonjour,

    courriel envoyée ce jour à la députée du Var
    mobilisons nous contre cet amendement qui met en danger nos entreprise
    Thierry BENAYER

  2. Enfin ! Un peu plus d’équité entre les salariés de petites et grandes entreprise, du public et du privé. Cela ne va pas encore assez loin mais cela va dans le bon sens. Pourquoi les avantages, réductions, et facilités ne seraient ils pas taxés comme un avantage en nature d’ailleurs ? Pourquoi un agent d’une compagnie de train ne paierait-il pas les charges, impôts et taxes de la valeur des billets dont sa famille (au sens large) bénéficie… Pourquoi un agent d’une compagnie d’électricité ne paierait-il que 10% de sa note électrique sans que les 90% restant ne s’inscrive sur sa fiche paie… Cela ne limite-il pas les dépenses que d’autres doivent pourtant faire ? « L’égalité » n’est elle pas une de nos valeurs ?
    Pour moi, tous les avantages doivent passer sur la fiche de paie. Il s’agit là de rémunération en nature. Cela restera avantageux car ils ne paieront que les taxes et les plafonds d’application sont finalement encore assez élevés.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *