Trofémina : Air France à l’honneur avec Catherine Betsch

Institutions

Lundi 16 juin, sept femmes "d’exception" ont reçu au cours d’une très chic soirée parisienne un prix Trofémina. Dans la catégorie "Hôtellerie-Voyage", c’est Catherine Betsch, directrice de La Première d’Air France, qui l’a remporté.

Sur les six à dix femmes nommées dans chacune des sept catégories du Trofémina 2014, il n’en restait plus que deux en lice hier soir. Sept prix, "Business", "Culture", "Media", "Hotellerie-Voyage", "Restauration", "Humanitaire" et "Femme internationale", ont en effet été décernés le 16 juin dans la salle Wagram, à Paris 17e.

En préambule fut remis un prix d’honneur "que je considère comme un prix d’encouragement pour tout ce que je fais et vais encore faire dès la rentrée" a déclaré Marie Drucker, journaliste TV et radio, en le recevant des mains de Cerise Guisez (Lalique, créateur de la statuette) et de Marie-Odile Amaury (groupe Amaury).

Par la suite, pour la catégorie "Hôtellerie Voyage"’, elles n’étaient donc plus que deux, Béatrice Schopflin (DG de l’hôtel Scribe à Paris) et Catherine Betsch qui a "gagné". La directrice de La Première d’Air France n’a pas manqué, pendant son discours de remerciement, de donner rendez-vous en septembre prochain pour découvrir les nouvelles suites de la compagnie tricolore.

Au cours de cette soirée organisée par Roland Escaig (magazine Tentation) et présentée par l’animateur TV, Bernard Montiel, le prix "Business" est allé à Anne-Laure Costanza (Envie de Fraises), "Culture" à Solène Saint-Gilles (France2), "Média" à Sophie Massieu (Upside Television), "Restauration" à Rougui Dia (Buddha Bar Paris), "Humanitaire" à Patricia Mowbray (Racines d’Enfance) et –nouveauté de cette onzième édition– un prix "Femme internationale", décerné à la pianiste Ludmila Berlinskaia.

Enfin, tout s’est terminé en musique avec un groupe de musiciens "funk, RnB" recommandé par Marie de Vivo, l’animatrice des soirées du Réservoir. En commençant avec le tube Blurred Lines de Robin Thicke et Pharrell Williams, ils ont enflammé un dance-floor improvisé devant la scène.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *