Vote au Snav : « une victoire de l’immobilisme ! »

Institutions

Taux de participation jugé faible.
Un Snav « de plus en plus malade ».
Jean-Pierre Mas, président d’Afat Voyages, qui avait fait campagne pour le « non » à la réforme du Snav, ne peut évidemment se satisfaire d’une victoire étriquée du « oui » même s’il la juge « respectable ». Il commente. « C’est une victoire de l’immobilisme » et il regrette le « peu d’intérêt des adhérents » à « des choses intéressantes » compte tenu d’un taux de participation de 37,84 %. Il s’inquiète « d’un risque d’éclatement du syndicat » avec « le départ des tour-opérateurs ». Une nouvelle fois, il rappelle qu’il y a urgence à effectuer une réforme de fond en comble du syndicat. « Il faut la faire avant le terme du mandat des administrateurs. » Richard Vainopoulos, président de Tourcom, qui avait aussi appelé à voter « non », estime également que « le syndicat va être de plus en plus malade ». Il renvoie les adhérents à « leurs contradictions ». Pour Richard Vainopoulos, le taux de participation est « décevant » et il souligne que le syndicat est « loin de l’APS au point de vue de la représentation ». A la différence de Jean-Pierre Mas, il se prononce clairement « contre une réforme des statuts à quelques mois des élections ». Bien entendu, sur le plan strictement mathématique, on peut soutenir que sur les 1 395 inscrits, seuls 278 adhérents ont mis dans une urne un bulletin « oui ». Soit très exactement 19,92 % du total des adhérents. Cela dit, rien ne permet de soutenir que les abstentionnistes auraient choisi le « non » s’ils avaient été obligés de voter. Sur le total des inscrits, le « non » n’obtient que 15,62 %. Comme si l’indifférence l’avait emporté sur le mécontentement même si le taux de participation est loin d’être ridicule.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *