« Le Magne, authentiquement grec », par Folco Aloisi, cofondateur de Karavel

Ma destination Coup de Coeur...
Dans le Péloponnèse, Kardamyli entre une mer émeraude et un ciel azur.

Cet été, Le Quotidien du Tourisme vous propose de découvrir chaque jour une destination. Nous avons pour cela demandé à plusieurs personnalités du monde du tourisme leur choix personnel.  La rédaction s’est aussi prêtée au jeu. En quelques lignes, chacun évoque ce qui l’a touché ou lui a plu dans ce « coup de cœur ». Aujourd’hui, Folco Aloisi, cofondateur de Karavel-Promovacances, dévoile la beauté d’une région grecque méconnue du sud du Péloponnèse, le Magne.

 

 

«’De passage, on voit le Magne en 3 jours, en marchant en 3 mois, mais pour connaître son âme, il faut 3 vies.’ Ainsi parlait Sir Patrick Leigh Fermor, écrivain-voyageur né en 1915 à Londres, qui s’était posé dans le Magne, au sud du Péloponnèse, à Kardamyli exactement, après une vie d’aventure et de littérature à la Romain Gary, partagée entre les forces spéciales britanniques en Crète et le Hollywood d’après-guerre (on lui doit notamment le scénario du film ‘Les Racines du Ciel’ de John Huston). La route qui mène à Kardamyli depuis Kalamata serpente entre oliviers et rochers, entre golfes et cyprès et débouche après 35km sur cette bourgade fraîche et fleurie au bord du golfe de Messénie. Kardamyli est un lieu mythique, posé entre une mer émeraude et un ciel azur où le temps s’arrête quand on y pénètre. On lève la tête pour regarder pierres et balcons, tours et maisons. On baisse le regard ébloui par la mer où se détache l’ilot de Meropi que l’on rejoint (ou pas) à la nage comme un défi jeté aux Dieux. On peut alors se poser, un instant, qui peut durer une vie, et déjeuner à la table de Lela’s Taverna et garder en soi, à jamais, un morceau du Magne. »

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *