Les 18-35 ans sont peu attirés par la montagne

Montagne
Les Alpes, destination préférée des millennials. Un souhait avancé par 34 % des millennials européens interrogés.

Les premiers résultats de l’enquête Atout France Ipos sur les « millennials » (les 18-35 ans) dévoilés lors des Rencontres Grand Ski du 22 janvier dernier à Chambéry montrent, au-delà du faible intérêt de ces 18-35 ans pour la montagne, ce qui motive ceux qui viennent. Instructif pour mieux les séduire…

Très peu de « millennials » pratiquent la montagne

Pour cette étude, ont été interrogés, du 15 novembre au 27 décembre 2017, 6 000 « millennials » de 13 pays (1), des 18-25 ans ayant réalisé un voyage en Europe entre 2015 et 2017 pour motif d’agrément principalement. Premier constat : seuls 377 de ces « millennials » ont pratiqué la montagne l’hiver soit 6 % des jeunes interrogés, et 511 l’été, soit 9 % en dehors de la saison de ski. « Cet échantillon est moins robuste d’un point de vue quantitatif, mais cela donne des pistes, des ordres de grandeur tout à fait intéressant » souligne Anne Coutière, sous-directrice « Observation et veille » d’Atout France. En effet, cette enquête montre par exemple, qu’au-delà de ce taux de fréquentation faible de la montagne, ils sont par exemple cinq fois plus à être attirés par la ville que la montagne l’hiver.

Les Indiens les plus motivés

Deuxième constat : ceux qui, en pourcentage, y vont le plus l’hiver et l’été sont… les Indiens ! « Les Indiens ont une vraie culture de la montagne – très présente dans leur pays, une culture sans doute aussi encouragée par le goût des Britanniques pour l’alpinisme » souligne Anne Coutière. Autre clientèle à  travailler sur l’été ? « Les Chinois qui sont déjà très enclins à y venir » remarque la spécialiste Observatoire et veille d’Atout France. Ils ont eux aussi une vraie culture de la montagne, une culture plus contemplative et récréative que la nôtre (cf QDT du 23/01/2018). Troisième constat : la montagne s’inscrit le plus souvent dans un voyage à plusieurs étapes pour les extra-européens (50 % visitent même plusieurs pays) alors que 60 % des Européens restent dans la même région.

Les extra-Européens privilégient le hors-saison

Autre grande différence, les « millennials » européens voyagent aux périodes classiques de haute saison hiver comme été. Les 18-35 ans extra-européens privilégient eux les mois de mars et avril et pour l’été mai et juin. « Ces derniers désaisonnalisent déjà leur fréquentation été comme hiver. Ils constituent donc une clientèle idéale pour trouver des compléments de remplissage en stations » avance la responsable Observation et veille d’Atout France. En revanche, européens ou non, les « millennials » sont extrêmement sensibles au confort de leur hébergement. C’est en effet important pour 95 % des Européens et pour 96 % des Extra-européens. 72 % des Extra-européens considèrent même ce confort prioritaire. « Nous ne sommes définitivement plus à l’époque de la tente et du sac à dos» résume Anne Coutière.

Des « millennials » sensibles aux promotions

Et quid des promotions ? Près d’un « 18-35 ans » extra-Européens sur deux (49%) les considèrent comme prioritaires, alors qu’ils sont 24 % à partager cette position chez les Européens. Question réservations, on note là aussi une nette différence : les « millennials » européens réservent plutôt directement sur Internet (pour les 2/3 l’hiver et les 3/5 l’été), les extra-Européens privilégient eux l’agence en ligne (pour les 3/5 l’hiver, et un peu plus de la moitié l’été). Enfin, information stratégique pour la montagne française : 57 % des extra-Européens ont l’intention de venir en France d’ici deux ans contre seulement un quart des Européens. « Il y a donc  un potentiel de clientèle captive si on sait répondre à leurs attentes » conclut Anne Coutière. Seul bémol : l’attractivité des destinations dépend aussi de la connaissance que ces visiteurs potentiels en ont. Et là, le constat est troublant. On aurait pu par exemple imaginer les Alpes connus de tous : cela n’est le cas de 59 % des Européens et 34 % pour les extra-Européens. Les Pyrénées le sont par 52 % des Européens et 16 % des extra-Européens.  Quant au Jura, aux Vosges ou à l’Auvergne, ils sont loin derrière.

 

(1) France, Royaume Uni, Belgique, Pays Bas, Allemagne, Espagne, Italie, États-Unis, Inde, Corée du Sud, Japon, Chine et Russie).

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *