Le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco va se réunir à Bahreïn

Non classé
Ancienne maison de pêcheur, vieille ville de Muharraq ©Vincent Ko Hon Chiu

Bahreïn, nouvellement élu membre du Comité du patrimoine mondial de l’Unesco, accueillera la 42e session du Comité du patrimoine mondial du 24 juin au 4 juillet 2018 à Manama, la capitale. 

 

Réuni une fois par an, le Comité du patrimoine mondial se compose de représentants de 21 Etats élus lors de l’Assemblée générale (Paris- 14 et 15 novembre 2017) : Angola, Australie, Azerbaïdjan, Bahreïn, Bosnie-Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Chine, Cuba, Espagne, Guatemala, Hongrie, Indonésie, Kirghizistan, Koweït, Norvège, Ouganda, République-Unie de Tanzanie, Saint-Kitts-et-Nevis, Tunisie, Zimbabwe.

 

La Convention du patrimoine mondial de l’Unesco mène quatre objectifs clés :

–          Déterminer l’utilisation du Fonds du patrimoine mondial de l’Unesco.

–          Validation du dossier d’un site pour inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

–          Examiner les rapports sur l’état de conservation des sites inscrits pour prendre des mesures lorsque les sites ne sont pas correctement gérés.

–          Décider de l’inscription des sites sur la Liste du patrimoine mondial en péril et de leur retrait de cette liste dans certain cas.

 

Cette année, la présidente de la 4e session du Comité du patrimoine mondial de l’Unesco est Sheikha Haya Rashed Al Khalifa, une avocate internationale, première femme à être nommée ambassadeur du Bahreïn (en France, de 1999 à 2004) et la troisième femme à présider l’Assemblée générale des Nations Unies.

 

Bahreïn, un archipel de 33 îles qui compte 2 sites classés au patrimoine mondial de l’Unesco

 

Depuis 2012, les Activités Perlières de Bahreïn sont classées au patrimoine mondial de l’Unesco (sous le nom « Activités perlières, témoignage d’une économie insulaire »). Le site comprend dix-sept bâtiments enserrés dans le tissu urbain de la ville de Muharraq, trois bancs d’huîtres en mer, et la forteresse de Qal’at Bū Māhir, à la pointe méridionale de l’île d’où partaient les bateaux allant pêcher les huitres. Les bâtiments urbains comprennent des résidences de riches négociants, des magasins et entrepôts, une mosquée. Cet ensemble classé représente la Route de la Perle, témoignage de la tradition culturelle liée à l’industrie perlière, activité dominante dans le golfe Arabique du 2e au 20èe siècle à Bahreïn et qui a façonné l’identité économique et culturelle de l’île.

Plus d’informations : http://whc.unesco.org/fr/list/1364

 

Le fort Qal’at Al Bahrain, classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2005, est le principal site datant de l’Âge de Bronze. Son architecture unique résulte de différentes périodes d’occupation par les civilisations dilmun, grecque, kassite, arabe et portugaise entre l’an 2300 av J.C et le XVIe siècle. Des fouilles archéologiques du fort sont entreprises depuis 1953 et sont dirigées aujourd’hui par le chercheur français Pierre Lombart. Le site est accessible gratuitement. Un musée payant complète la visite.

Plus d’informations : http://whc.unesco.org/fr/list/1192

 

Pour consulter le dossier de presse : cliquez sur le lien.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *