2017/2018: Vers un exercice record pour les tour-opérateurs

Production
René-Marc Chikli, président du Seto

René-Marc Chikli, président du Seto, pouvait avoir le sourire lors de la présentation de l’activité passée et à venir des tour-opérateurs. Les destinations boudées -Tunisie, Maroc, Egypte, Turquie –  ces dernières années reviennent progressivement sur le devant de la scène et, sauf catastrophe majeure et impact prolongé des grèves, l’exercice 2017/2018 est bien parti pour être le meilleur de la décennie.

 

Les tour-opérateurs sont en passe de réussir le plus bel exercice de la décennie (novembre 2017 / octobre 2018). Déjà, les résultats de la saison hiver sont particulièrement satisfaisants. En effet, les tour-opérateurs membres du Seto ont fait voyager 1 574 662 clients dans le cadre des voyages à forfaits, soit une hausse de 6%. Mieux, toutes les zones (long-courrier, moyen-courrier et France) ont progressé. Si l’Espagne chute de 8%, elle reste la destination la plus demandée (218 147 clients) loin devant le Maroc (80 081 clients) qui progresse de 16%.

 

Coté long-courrier, la République Dominicaine, victime des ouragans, est en chute de 2% (68 662 clients) mais reste en tête devant l’île Maurice (51 470, +8%). Résultat : l’activité voyages à forfait en hiver 2017-2018 affiche la plus forte croissance depuis une décennie. Deux raisons avancées : « un contexte d’amélioration des conditions socio-économiques » et un trafic qui évolue « très positivement sur les plus grandes destinations historiques ».

 

Reste, maintenant, à réussir l’été (1/5 – 31/10/2018) qui a été perturbé par les grèves et un attentisme dans la prise de réservation au mois de mai. On ne sait pas encore l’impact exact qu’ont pu avoir les grèves sur les prises de commande au mois de juin.

100 000 Français espérés en Tunisie

Malgré ces mouvements sociaux, le Seto n’hésite pas à parler « d’un cru excellent, voir exceptionnel » avec déjà une croissance de 13,4% en nombre de clients. Engagée actuellement pour environ 65% du trafic escompté, la période montre à fin mai 2018 des résultats « très positifs » sur l’ensemble des zones – moyen-courrier (+15%), long-courrier (+8%) et France (+15%).

 

Les zones Afrique du Nord (+ 53%) et Moyen Orient (+69%) connaissent une croissance spectaculaire avec la reprise de la Tunisie (+110%), une progression constante pour le Maroc (+21%), la forte reprise de la Turquie (+68%) et de l’Egypte (+145%). Evidemment, on part de loin, et les volumes sur ces destinations sont encore modestes même si 100 000 Français, selon René-Marc Chikli, devraient avoir retrouvé le chemin de la Tunisie cette année. Cette progression de la zone Afrique du Nord ne se fait d’ailleurs pas au détriment de l’Europe du Sud « qui réunit les trois quart du trafic moyen-courrier » et qui affiche une croissance de 8%.

 

Seule l’Espagne continentale est en chute de 14%. Et c’est l’Asie qui porte la croissance du long courrier grâce au Japon (+67%), la Thaïlande (+10%) et l’Indonésie (+9%).

 

A l’inverse, certaines destinations accusent du retard. La Russie, la coupe du monde de football peut décourager les visiteurs, est en chute de 17%. Enfin, l’Islande affiche une baisse spectaculaire (- 27%), un retour à la normale après avoir été particulièrement demandée ces dernières années.

Les grèves, sujet d’inquiétude

Reste, néanmoins, quelques inquiétudes. Le Seto estime déjà qu’il y aura « potentiellement » 26 000 forfaits qui ne se réaliseront pas cet été, « soit un impact de 5% ».  De plus, « la très haute saison s’annonce tendue » et les tour-opérateurs doivent « sécuriser les capacités hôtelières en Europe du Sud afin de pouvoir répondre à la demande ». Il va falloir en effet répondre aux demandes de dernière minute qui ne manqueront pas d’arriver en juillet.

 

En Grèce, par exemple, 30 millions de touristes sont attendus et toutes les chambres sont prises d’assaut. Il faudra aussi « trouver des solutions opérationnelles permettant de stabiliser les plans de vols et faire face aux prévisibles retards et embouteillages dans les aéroports et dans l’espace aérien ».

Une distribution directe qui progresse

Point notable, les ventes réalisées via le site Internet du TO sont en sensible progression. Presqu’un quart des réservations (23%) sont réalisées par ce biais, soit une croissance de 5,6%. Les agences de voyages tierces assurent 38% des ventes; en régression de 1.8 point. Les agences de voyages en propre assurent 27% des réservations, soit une hausse de 0.8 point.

Publié par Laurent Guéna

Rédacteur en chef adjoint - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *