Austral Lagons table sur une autre belle croissance de l’Afrique

Production
Austral Lagons Afrique-Tanzanie-Arusha-Hatari_Lodge
En Tanzanie, l'Hatari Lodge dans le parc national d'Arusha.

Lancée l’an dernier, la production Afrique australe a atteint 6 M€ de chiffre d’affaires. Austral Lagons a retravaillé son offre avec la création de circuits en départs garantis francophones sur Namibie et Botswana. Les brochures 2018 du tour-opérateur sont en cours de diffusion dans les agences de voyages.

Au comité de direction d’Austral Lagons, on a le sourire. L’exercice 2016-17 (clos au 31 octobre) est « rentable » pour un chiffre d’affaires de 38M€, en hausse de 19% sur la marque. Et si l’objectif de croissance est de 15% cette année, le directeur général Hélion de Villeneuve note un trend de « +26% actuellement, mais qui ne restera pas à ce niveau toute l’année ».

Le tour-opérateur voit tous ses axes (océan Indien, Polynésie, Moyen-Orient, Afrique) progresser, à l’exception des Seychelles (-4%). Pour Austral Lagons qui se revendique leader sur la destination, l’open sky a favorisé les autres marchés aux Seychelles. « Mes concurrents sont les TO britanniques et allemands, déclare le DG d’Austral Lagons. Parce que les Français se décident trop tard, notre accès aux capacités hôtelières réduit, les autres ayant déjà réservé depuis un an. »

 

Néanmoins, le TO français propose « l’offre Seychelles la plus large sur le marché français, de l’appartement à l’île privée, soit de 60€ à 3.000€ la nuit. Avec « un concierge sur place pour tenir la qualité de nos voyages dans l’archipel », précise Hélion de Villeneuve.

Succès de l’Afrique australe

Lancée ex nihilo l’an dernier, la brochure Afrique aura enregistré près de 6 M€ de chiffre d’affaires, « compensant les ventes de Secrets », le TO de luxe cédé par Austral Lagons au printemps.

 

« L’Afrique est un relais de croissance pour nous » confirme Hélion de Villeneuve. Pour l’année à venir, Austral Lagons table sur une progression de 66%, à 10 M€ avec une offre de 11 circuits et plusieurs autotours. Austral Lagons s’appuie sur « une équipe de spécialistes de l’Afrique, de la production à la réservation unique en France » assure Fabrice Bouillot, directeur de la production.

 

En nouveauté cette année, Austral Lagons garantit des départs francophones (de 2 à 8 pax, en GIR) sur la Namibie et le Botswana. « Ces deux circuits ‘authentiques’ sont réalisés en 4X4, avec guide francophone et nous avons du stock sur l’hébergement – une véritable difficulté sur ces deux axes l’an dernier » explique le DG.

 

Autre nouveauté, le TO programme deux croisières ferroviaires (Rovos Rail et Shongololo), un combiné Kenya-Tanzanie en 4X4 avec expériences culturelles et ethniques et vue sur le Kilimandjaro depuis Amboseli. Ainsi que le Mozambique, « destination confidentielle »  dont la côte et les îles renferment de l’hôtellerie haut de gamme.

 

Le directeur de production souligne aussi l’offre Zanzibar et île de Pemba avec l’emblématique chambre sous l’eau du Manta Resort 4* pour amateurs  de fonds marins.

Plus d’hôtellerie de charme sur Océan Indien et Polynésie

Sur ces deux brochures, Austral Lagons a cherché à introduire davantage d’adresses « en 3* et 4* », la demande étant plus forte pour « moins de luxe ». Ainsi aux Maldives, le TO a ajouté le Cocoon, un 3* de qualité; à l’île Maurice ce sont des appartements villas en locatif, des établissements de charme ajoutés au Sri Lanka.

 

Sur la Réunion, la production a été renforcée de produits locatifs. « Nous sommes le premier opérateur de gîtes à la Réunion » souligne le DG qui annonce également du logement chez l’habitant dans les Hauts. Tandis qu’à l’île Maurice, le TO se targue d’une offre exhaustive, « seuls les hôtels Beachcomber ne sont pas programmés ».

 

En nouveauté Polynésie, Austral Lagons propose le yacht de croisière Haumana, le Royal Bora 3*, de nouveaux spas avec offres exclusives, et davantage de mariages folkloriques. « Nous continuons d’enregistrer un million d’euros supplémentaire chaque année sur cet axe où nous sommes leader » précise Hélion de Villeneuve.

-
Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *