Cap Australie/Bali 2018 by Australie Tours, épisode 8 : Entre nature, culture et purification nul besoin de choisir

Production

Des rizières en terrasse, des temples, des labyrinthes sous terre, un bain de purification, des massages balinais et un anniversaire…Autour d’Ubud, l’île des dieux révèle sa beauté naturelle empreinte de spiritualité. 

 

 Bali (Indonésie), Ubud. Mercredi 23 mai, 9h, l’humeur est joyeuse comme à l’accoutumée. Encore une météo clémente pour explorer l’île. A vingt minutes, première halte au village de Tegallalang, l’un des meilleurs spots de l’île pour jouir d’une vue saisissante sur des rizières en terrasse ( photo). Notre guide relève « le film de Marc Lavoine, Toute la beauté du monde, a été filmé ici ». On comprend pourquoi. La beauté se partage. On n’est pas les seuls à contempler les champs d’un vert tendre, ou intense. On mitraille.

 

Plus loin, arrêt à Tampaksiring à Gunung Kawi. Au fond de la vallée des rois, la route s’arrête non loin d’une gorge. Une vue plongeante sur le site dévoile le complexe de Gunung Kawi. Temples et bassins sont dédiés à des rois et des reines du XIe sicles. Pour entrer dans le site hindouiste, il faut revêtir un sarong, (simples tissu que l’on enroule autour de la taille et qui couvre les jambes).

 

Après l’observation, l’action. Pour cela  en route pour la vallée de Tegalalang, à 440 mètres d’altitude. Dans le village de Bayad a été créé sous le nom de « Bali eco adventure & resort », un site à multifacette. Il y a d’abord un jardin dédié à la connaissance botanique : plus de 300 fruits, arbres, plantes médicinales que l’on découvre et décrypte avec un guide.  Puis vient l’exploration. La progression au cœur de la forêt tropicale devient de plus en plus difficile.

 

La jungle est une école d’apprentissage. En collant aux basques du guide, il faut se concentrer pour éviter les pièges, les trous cachés par des feuilles, les pierres mousseux véritables patinettes. Le chemin monte, descend. Une cascade borde  le chemin…le plus audacieux d’entre nous se met en slip et se rafraichit dans cette eau pure et délicieusement fraiche. L’exploration se poursuit, avec le sentiment  d’une préparation au jeu Koh-Lanta. Nous ne sommes pas au bout de notre surprise, lorsque il nous faut tout à coup plonger dans les entrailles de la terre. Notre guide explique « il s’agit de canaux d’irrigation créé au XIe siècle ». Le tunnel se ramifie, formant un labyrinthe qui parfois débouche sur un grotte où se niche un temple, comme celui de Goa Maya.

 

On refait surface pour découvrir quelques cottages proposés en location. Le restaurant est à deux pas. Une halte gourmande, avant de poursuivre.

 

Dans le village de Manukaya, Pura Tirta Empul, (temple de l’eau sainte),  est dédié à Vishnu, le dieu de l’eau. Le complexe est très prisé, jusqu’à l’ancien président américain Barack Obama et sa famille  qui s’y sont rendus en juin 2017 ! Les gens défilent pour se purifier au contact des sources saintes qui jaillissent des 30 trompes donnant sur deux bassins. On a testé, bien sûr…

 

Testés aussi les massages prodigués au spa de notre l’hôtel ; spa classé 6e sur les 200 spas que compte Ubud.

 

En soirée, la directrice générale du Sri Rathi, Komang Ayu Arumi et le directeur des ventes et du marketing Krishna Pramaeta ont partagé notre repas.

 

L’occasion d’en apprendre plus sur cet hôtel construit il y quatre-vingt-dix-ans. Plein de charme, il compte à peine 30 chambres, en six catégories.

 

L’occasion de goûter des spécialités de Bali. Et de fêter pour la seconde fois en quelques jours l’anniversaire de notre leader tour, Hervé Papin- on n’a pas tous les jours 20 ans… L’hôtel n’a pas oublié les bougies.

 

Demain, on file au sud de l’île, en direction de Candidasa, la paisible ville côtière à l’Est de Bali.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *