Cap Australie d’Australie Tours, épisode 10 : Lady Elliot Island, généreuse nature

Production

Un Cap Australie doit finir haut et fort. Pour cette dernière journée passée entièrement au Queensland, l’équipe féminine s’envole pour cette île hors du commun, ultime atoll de corail à l’extrémité sud de la Great Barrier Reef. Amazing !

 

Imaginez une île perdue d’à peine 40 hectares, à 85 km des côtes australiennes. Sur place : 94 espèces d’oiseaux, des tortues, des poissons… ; le cri entêtant des White-Capped Noddies, sternes grises au long bec couvrant le bruit du ressac de mer, apporté au delà du lagon par une brise légère ; le vol gracieux des frégates dans le ciel ; une végétation maigre de casuarinas, pisonias et pandanus ; des fonds sous-marins d’une densité extrême, coraux et poissons réunis dans une même féérie de couleurs.

 

Bienvenue sur Lady Elliot Island, où nos 10 conseillères voyages atterrissent sur la piste en herbe avec – enfin – un soleil de choc et l’ambiance tropicale qui sied à une telle destination. Depuis Hervey Bay, l’avion à hélices de la compagnie Seair a mis 45 mn (310 AUD A/R pour un adulte) pour rejoindre l’éden. Il a longuement survolé les plages immaculées de Fraser Island, avant de mettre cap sur le grand large Pacifique.

 

Cette île, ultime extrémité sud de la Grande Barrière de Corail, est la seule accessible en avion. C’est une île-hôtel, dont l’éco-resort de 120 chambres propose quatre types d’hébergement, depuis la sommaire eco-cabin à partir de 175 AUD par nuit et par personne (incluant dîner, petit-déjeuner et activités) jusqu’à l’Island Suite à 369 AUD (rack rates).

 

Pas donné, certes, mais c’est le prix de l’exclusivité. Elodie, Sophie (la « maman » du groupe, qui aura soigné l’horrible blessure du journaliste…), Florence, Anne et les autres s’en rendent compte lorsqu’elles embarquent sur le bateau à fond de verre. A peine partis que la guide 100% aussie au maillot moulant (blonde, charpentée et bronzée, l’archétype de la jeune australienne sportive) nous montre poissons, tortue verte et un – inoffensif – requin.

 

On plonge aussi avec masques et tubas dans cet océan de délicatesse. Dentelles coralliennes, poissons arc en ciel, eau translucide… même Emilie trouve cela merveilleux, après s’être rassurée le long de la corde d’appui tendue au ras de l’eau. Si la Grande Barrière de Corail blanchit au nord à cause de réchauffement climatique, les couleurs sont encore ici – mais pour combien de temps ? – exceptionnelles.

 

Cette île, classée parc national green zone (aucun prélèvement autorisé), doit aussi se vivre en solo. Enfin libres l’après-midi, chacun vaque à ses occupations marines : nage dans le lagon, tour de l’île à pied sur la sable blanc et les coraux morts (une petite heure), farniente sur la plage… Robinson, nous voilà, les oiseaux peu farouches pour seuls compagnons.

 

Un dernier mot. Fraser Island possède la seconde diversité d’oiseaux de toute la Great Barrier Reef. Et le nom de l’île ne provient pas d’une improbable Miss Elliot qui aurait par dépit amoureux décidé de finir ses jours seule sur l’atoll. C’est celui de l’épouse d’un gouverneur anglais des Indes, dont le patronyme avait été donné à un navire croisant dans les parages. L’un de ses capitaines au long cours, amoureux de l’île, l’aurait baptisée du nom du bateau.

 

Difficile de s’arracher à un tel cadre. Il le faut pourtant et nos demoiselles se retrouvent belles comme le jour pour la soirée d’adieu au Ramada Resort d’Hervey Bay, après un vol retour sans histoire. Apéritif final sur la terrasse du journaliste (white wine !), dîner agréable en compagnie de Mark Juppenlatz (Fraser Coast Tourism & Events) et de Cécile, française propriétaire d’une chambre d’hôtes (Le Piaf on Treasure B&B) et d’un gîte (Eco Queenslander) à Maryborough, la ville de Mary Poppins… Et il est temps hélas de penser à rentrer, but slowly slowly…

Publié par Philippe Bourget

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *