Cap Inde Asie Infiny : du grand art !

De la fournaise du désert de Thar à la riante région d’Udaipur se dévoilent l a majestueuse forteresse Mehrangarh de Jodhpur et l’un des plus grands sanctuaires jaïn de l’Inde, celui d’Adinath à Ranakpur.
Pas de doute, Cap Inde envoûte durablement ses six hôtes agents de voyages !
Jodhpur. Avec une arrivée hier dans la nuit, le Bijolai Palace by Treehouse façonné dans le grès ocre local se dévoile au lever du jour. Dans un paysage semi-désertique s’épanouissent des jardins luxuriants, des arbres centenaires où des singes prennent la pose, un lac artificiel animé de canots. Et sur les terrasses déployées au sommet de l’ établissement, la vue se fait grand large sur des collines verdoyantes avec au loin un grand lac naturel.
La direction du Bijolai Palace nous assure que le rafraîchissement des 30 chambres est acté. Ce ne sera pas du luxe. Pas plus que l’ajout du wifi qui pour l’heure n’est disponible (et gratuit) qu’à la réception, ouverte 24h24 h. Il faut dire que le personnel du 4 étoiles est au top.
Décor des Mille et une nuits
8h30, cap sur la forteresse Mehrangarh. On ne voit qu’elle, dressée sur un promontoire à 122 mètres au-dessus de la ville de Jodhpur. Elle a été la résidence de maharajas encore récemment. « Il faudrait toute une semaine pour décrire les cours et les enfilades de pièces dans leur multiplicité stupéfiante » affirmait Rudyard Kipling, l’écrivain britannique né à Bombay en 1865.
La construction en grès rose local a pris cinquante ans, livrée en 1450 sous le règne de Rao Jodha, le fondateur de la ville de Jodhpur. Le « fort de la Majesté », comme le signifie son nom indien, concentre des palais dans un véritable décor des Mille et Une nuits. Dans la partie musée, dépositaire du répertoire artistique et culturel des arts mongols et rajput, les collections sont exceptionnelles avec une mention spéciale pour les palanquins, les howdah (nacelles pour éléphants), ou berceaux de princes.
Un palace pour nous
L’autre attrait du lieu réside dans son chemin de ronde qui domine la ville « bleue », surnom donné à « la cité du soleil » depuis que la caste des brahmanes a décidée de peindre ainsi ses maisons pour chasser les moustiques.
Avant de quitter ce site hors norme, on découvre la manière de draper le traditionnel turban à la mode de Jodhpur. Hervé Papin (Asie Infiny) et Hugo Do Nascimento (Jet Airways) portent la coiffe avec un certain style, sous le tir nourri des appareils photos de leurs afficionados.
A l’heure du déjeuner, à Luni, à 40 km de Jodhpur, un palace nous tend les bras, l’hôtel Fort Chanwa, un lieu d’Héritage. En 1992, le maharajah Dalip Singh, 24e génération de descendants directs du fondateur de Jodhpur, a décidé de convertir le fort en hôtel.
A 110 km d’Udaipur, route pour Ranakpur, où se niche l’une des plus vastes et plus belles constructions de temples Jaïn. La construction, tout en marbre blanc, a démarré au XVe siècle, 29 salles, 80 coupoles portées par 1.444 piliers sur une surface de 3.600 m2. Chaque centimètre est gravé, sculpté, ornementé. Une fois n’est pas coutume, on fait silence durant la visite… Dîner et nuit magique à l’hôtel Ananta Spa & Resort d’Udaipur. Un beau week-end s’annonce à Udaipur.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *