Cap Nouvelle-Calédonie 2018 : au pays des stockmen à Grande Terre

Production

C’est une île des Pins baignée d’une douce lumière du matin que les sept agents de voyages invités par Australie Tours en Nouvelle-Calédonie ont quittée à grand regret, le 23 mai. Direction d’abord la côte Ouest de Grande Terre via Nouméa.

 

Ah ! qu’il est difficile de quitter un paradis… Surtout lorsqu’au petit matin, le soleil est généreux. «Est-ce qu’on pourrait s’arrêter pour une dernière photo? C’est encore plus beau qu’hier » demande d’ailleurs Fairouz à Edmond, le chauffeur du bus de transfert à l’aéroport lorsqu’il longe la baie de Kuto.  «Ok, mais vite » répond Heidia, la tour-leader.

 

L’aéroport n’est pas loin et l’enregistrement, rapidement effectué. « De quel côté faut-il s’installer pour avoir la meilleure vue sur l’île? » interroge Audrey en montant dans l’avion d’Air Calédonie qui assure la liaison Ile des Pins-Nouméa. « A droite » lui répond le steward après avoir interrogé le pilote. Le vol est rapide. L’île des Pins n’est qu’à 107 km de Nouméa.

 

Ce mercredi matin, la ville aussi est inondée de lumière. Avant de partir sur Grande Terre, un détour par le Ouen Toro –à la demande d’Heidia– permet d’avoir un autre point de vue sur Nouméa.  « Moins couvert que dimanche. » Ile aux Canards, îlot Maître, anse Vata, phare Amédée, baies de l’Orphelinat et des Citrons… Tout semble bien plus beau ce matin.

 

Direction la « brousse » sur Grande Terre

Vite, une photo de groupe! On se place à côté du canon, témoin de la forte présence des Américains lors de la Seconde Guerre mondiale. Le temps presse. La team « Cap Nouvelle-Calédonie by Australie Tours » va en effet découvrir  aujourd’hui la «brousse». C’est ainsi que l’on nomme, sur Grande Terre, tout ce qui est en dehors de Nouméa.

 

Direction le Nord. Etape ultime de cette journée, le Sheraton Deva, dernier 5-étoiles construit en Nouvelle-Calédonie, à Bourail, à 2h30 de route de Nouméa. La nature est particulièrement verdoyante en cette saison. Les kilomètres défilent entre cultures, savanes à niaoulis, plaines et collines.

 

Pour mieux connaître ce monde broussard, une halte déjeuner est prévue à la Ferme de Nemeara. Une adresse plutôt confidentielle: aucun panneau ne la signale. Axelle, notre guide, donne les instructions au chauffeur: «Prends ce chemin de terre là, sur la droite». Le bus avance. Encore quelques mètres dans la campagne… Cindy et Marc, sympathiques broussards, accueillent la team pour une barbecue party en pleine nature. Moment rare.

 

Un petit air de Far-West ?

«Être éleveur et prendre le temps d’accueillir du public n’est pas facile » explique Cindy, chapeau de cow-boy vissé sur la tête. Après 10 ans dans la police à Nouméa et un titre de Miss Nouvelle-Calédonie !, la jeune femme est revenue en brousse exercer le métier de ses ancêtres, éleveur de bovins. Elle en possède une quarantaine  sur son exploitation de 140 hectares.

 

Tout le monde s’installe autour la longue table de bois à l’ombre d’un arbre majestueux pour déguster le repas simple mais savoureux concocté par Marc et Cindy. Les deux époux prennent place pour mieux conter leur vie de stockmen calédoniens, toujours à cheval pour ramener leurs bêtes à la ferme. C’est aussi l’occasion d’évoquer –avec émotion– les vies quelquefois tumultueuses de leurs ancêtres.

 

La halte s’avère un peu plus longue que prévu. L’arrivée tardive au Sheraton Deva ne permet pas de profiter des 17 km de plage de sable blanc de Poyé  bordant le domaine. L’établissement de 176 chambres (dont 46 bungalows grand confort) est vraiment très beau, avec son immense lobby au toit tressé (par 120 femmes pendant quatre ans). Sur son superbe golf 18 trous, le premier ProAm international féminin s’y déroule du 21 au 24 mai. La finale est donc prévue demain, jeudi. Mais l’équipe Cap NC 2018 sera déjà partie pour la côte Est…

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *